Navigation article

Sommeil

54 % des Français jugent leur sommeil insuffisant

Anne-Marie Thomazeau
123 RF

Comme chaque année, dans le cadre de la Journée du sommeil, l'Institut national du sommeil et de la vigilance (Insv), en partenariat avec la Mgen, s'attache à faire le point sur le sommeil des Français.

L'enquête montre une privation chronique du sommeil chez les Français, notamment en semaine. Le constat est sans équivoque, les Français ne dorment pas suffisament. Il sen sont conscients et ils s'en plaignent. Cette dette de sommeil n'est pas sans conséquence pour la santé.

Les français dorment, en moyenne, sept heures et sept minutes en semaine et huit heures et quatre minutes le week-end. Plus nous manquons de sommeil pendant la semaine, plus nous allons tenter de « récupérer » les jours de repos. Ainsi, les personnes qui dorment moins de six heures pendant la semaine (six heures étant le seuil au-dessous duquel il peut y avoir un retentissement important sur la santé), dorment près d'une heure et trente minutes de plus par nuit le week-end. Cela concerne presque un quart des Français qui sont donc en dette de sommeil en permanene. Pour les personnes qui dorment plus de huit heures en semaine, c'est-à-dire un tiers des Français, l'écart avec le week-end est bien moindre, quarante minutes. Ce temps témoigne toutefois d'une dette de sommeil légère mais réelle.

AInsi 54 % des Français jugent leur sommeil insuffisant dans l'ensemble. Parmi eux, on trouve surtout les personnes qui dorment moins de six heures pendant la semaine, ceux qui se réveillent la nuit et les femmes.

Près de 1 Français sur 3 somnole

Le constat est préoccupant : 28 % des Français sont somnolents pendant la journée, ce qui témoigne d'un manque de sommeil dans l'Hexagone. Parmi eux, on compte ceux qui souffrent d'une pathologie du sommeil : insomnies (6 %), apnée du sommeil (6 %) syndrome des jambes sans repos. Mais surtout ceux qui ne dorment simplement pas assez. Pour tous, la somnolence diurne n'est pas anodine. Elle est associée à un risque accidentel accru : accidents de la route, du travail ou domestiques.

Une bonne sieste

Comment lutter au jour le jour contre ce manque de sommeil ? si possible, en faisant la sieste. 39 % des Français déclarent faire en moyenne entre 2 et 3 siestes par semaine.

Se réveiller la nuit, c'est normal ?

Oui. Plus de 7 Français sur 10, soit 74 %, se réveillent au moins une fois par nuit  pendant trente-trois minutes en moyenne. Beaucoup de personnes s'inquiètent de leurs réveils nocturnes, même si elles se rendorment tout de suite. A tort ! Il est normal de se réveiller pendant un cours moment à chaque fin de cycle de sommeil, soit toutes les heures et demie en moyenne. Ce qui n'est pas normal, c'est de ne pas se rendormir rapidement, dans les cinq minutes. Pour autant, il ne faut pas s'alarmer. Mieux vaut rester serein et attendre tranquillement que le sommeil revienne. Cependant, si cette attente se prolonge, il vaut mieux se lever, avoir une activité calme (lecture, musique… ), puis retourner se recoucher.

Dormir seul ou à deux ?

50 % des Français dorment avec un adulte toutes les nuits ou presque, à l'inverse 40 % des Français dorment seuls toutes les nuits ou presque. Les ronflements ou la respiration bruyante de l'autre font partie des principales causes de gêne pour le sommeil, d'autant que plus du tiers des Français ronflent très régulièrement.

En France, et contrairement aux pays anglo-saxons, la tradition du lit double reste une valeur sûre. Ceux qui sont en couple dorment dans un seul lit pour 93 % d'entre eux.

 

 

 

 

 

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Sommeil

Les Français ne dorment pas assez

Une étude chiffre à 16 milliards d'heures annuelles, le défit de sommeil des Français. Les femmes sont les plus touchées.

Sommeil

Les ados accros aux écrans, même la nuit !

15 % des jeunes envoient des Sms en plein milieu de la nuit et 11 % se connectent aux réseaux sociaux, d'après une enquête du réseau Morphée.

Sommeil

Pourquoi certains dorment beaucoup et d'autres peu...

Une mutation génétique expliquerait pourquoi il y a des gros et des petits dormeurs.

Dans la même rubrique

Jeunes

Le manque de sommeil modifie le cerveau des adolescents

Le manque de sommeil entraînerait une modification de l'anatomie du cerveau des adolescents, d'après une étude de l'Inserm.

Prévention

Les Français et l'orthodontie 

Les Français comprennent globalement l'utilité des soins d'orthodontie, mais certaines idées fausses restent répandues.

Médicaments

Somnifères : gare à la somnolence au volant sous Stilnox

L'Agence europénne du médicament met en garde contre le risque de somnolence au volant le lendemain de la prise de somnifères à base de zolpidem

Nous suivre