Navigation article

Handicap

Assurance invalidité sur un prêt

Viva *
La Sécurité sociale m'a attribué une pension d'invalidité de 2e catégorie. L'assurance qui couvre mon prêt immobilier, notamment pour le risque d'invalidité, refuse de prendre en charge mes échéances en raison d'une évaluation différente de mon invalidité. Est-ce normal ? M. L. M., 59000 Lille

C’est malheureusement possible. La mise en œuvre de la garantie invalidité ou incapacité de travail est fondée sur une évaluation de votre état de santé effectuée par les médecins de l’assureur, selon un barème qui n’est pas exactement le même que celui de la Sécurité sociale.

Vous pouvez contester cette évaluation selon les procédures prévues par l’assureur. Il est conseillé de se faire aider par une association de défense des personnes invalides ou une association de consommateurs.

Vos réactions

Sur le même sujet

Handicap

Bientôt la « carte mobilité inclusion » pour les personnes handicapées

Bonne nouvelle pour les personnes handicapées. La « carte mobilité inclusion » remplacera les cartes de priorité, d’invalidité et de stationnement.

Handicap

Autisme : des dysfonctionnements trop nombreux

Selon l'Igas, les 26 centres de ressources autisme connaissent des « dysfonctionnements trop nombreux ».

Handicap

Pour une meilleure intégration des personnes trisomiques

Notre société intègre-t-elle les personnes souffrant de trisomie 21 ? C'est la question centrale de la Journée mondiale qui a eu lieu le 21 mars.

Dans la même rubrique

Santé

Autisme : « L'inertie des pouvoirs publics »

A la veille de la Journée de l'autisme, le 2 avril, les associations dénoncent le manque de prise en charge et l'inertie des pouvoirs publics.

Audition-vision

Journal de ma nouvelle oreille ou la renaissance au monde sonore

La pièce Journal de ma nouvelle oreille, raconte le parcours d'une jeune femme qui vient de se faire appareiller. Une nouvelle écoute du monde sonore.

Droits

Discrimination à l'égard des malades et des handicapés

2, 3 millions de personnes déclarent avoir subi des comportements stigmatisants en raison de leur état de santé ou de leur handicap, selon l'Insee.

Nous suivre