Navigation article

Handicap

Autisme : le bras de fer entre pro et anti-psychanalyse continue

Elsa Maudet
Un collectif a publié une « liste noire des formations sur l'autisme », dans laquelle il pointe du doigt celles qui font référence à la psychanalyse. Les tenants de l'approche psychanalytique n'apprécient pas la méthode.

Le terme fait bondir les acteurs visés. Le Kollectif du 7 janvier a dressé et diffusé, au mois de septembre dernier, une « liste noire » des formations sur l'autisme. Ce groupe de réflexion sur les pratiques thérapeutiques dédiées aux enfants autistes a recensé les formations destinées aux professionnels qui ne sont pas conformes aux recommandations de la Haute autorité de santé (Has). En l'occurrence, il s'agit de formations faisant appel à la psychanalyse.

Le Kollectif entend faire appliquer la position de la Has, parue en mars dernier, qui estimait que les pratiques d'inspiration psychanalytique étaient « non consensuelles » dans la prise en charge de l'autisme. Non consensuelles, donc à écarter, selon le Kollectif.

Dans le domaine de l'autisme, l'opposition entre pro et anti-psychanalyse fait rage depuis des années. Mais le grand public l'a réellement découverte en novembre 2011, lorsque le film "le Mur", de Sophie Robert, a été diffusé. Ce documentaire donnait la parole à des pédopsychiatres et psychanalystes qui associaient l'autisme à une psychose infantile, causée par une mère « psychogène », aux désirs incestueux. Une interprétation – extrêmement culpabilisante – infirmée depuis longtemps par la communauté scientifique 1.

Financements publics

« On parle de formations de professionnels de santé à la prise en charge d'enfants autistes. Il y a des conséquences sur ces enfants, alerte Franck Ramus, directeur de recherche au Cnrs et membre du Kollectif du 7 janvier à l'origine de la liste noire. Ce que l'on trouve surtout anormal, ce sont les formations [basées sur la psychanalyse, ndlr] subventionnées par l'argent public. Il est limité, donc il faut bien réfléchir à ce que l'on finance, comment et pourquoi ».

Dans sa recommandation du mois de mars, la Has a jugé que l'absence de données et de consensus sur l'efficacité des approches psychanalytiques ne permettait pas de les classer dans les pratiques recommandées. Ce qui a fait dire aux psychanalystes que la Haute autorité avait cédé face à la pression d'« une minorité » de parents. Mais la Has n'a pas non plus classé les approches psychanalytiques dans les interventions non recommandées. Ce qui a fait dire au camp adverse que la Has avait plié face au lobby psychanalytique. Bref, personne n'est ressorti réellement satisfait.

« Chasse aux sorcières »

« Je ne suis pas contre le fait que l'on fasse des recherches pour évaluer les pratiques psychanalytiques. Ça fait bien longtemps qu'on aurait dû les faire, et mieux vaut tard que jamais, assure Franck Ramus. On peut encore présenter une diversité d'approches, mais des formations qui ont un contenu uniquement psychanalytique, ce n'est quand même pas acceptable ».

« C'est la chasse aux sorcières ! On n'a pas le droit de couper la parole comme ça aux gens qui ne sont pas du même avis », rétorque Françoise Rollux. Son mari, président d'une antenne locale de l'association Sésame Autisme, est récemment intervenu lors d'un colloque organisé par l'Ecole de la cause freudienne, mentionné dans la liste des formations non conformes du Kollectif du 7 janvier.

Leur fils de 24 ans est autiste et voit un psychanalyste depuis des années. « Ça a beaucoup marché. Et les résultats ont été obtenus avec douceur et en le respectant », affirme Françoise Rollux, taclant au passage les méthodes éducatives et comportementales, comme la célèbre ABA, qu'elle accuse de matraquer les enfants à longueur de journées en essayant de les faire évoluer au forcing dans l'espoir d'avoir un enfant un peu plus "normal".

Composantes génétiques

Du côté de l'Ecole de la cause freudienne (Ecf), épinglée par la liste noire, on défend mordicus l'intérêt de la psychnanalyse. « L'autisme n'a pas qu'une causalité biologique. Il faut comprendre pourquoi l'enfant a choisi cette voie, on peut trouver des butées dans son existence », estime Jean-Daniel Matet, président de l'Ecf.

Les causes de l'autisme restent floues. « On sait depuis trente ans que l'autisme a de fortes composantes génétiques », affirmait dans la Croix le Dr Eric Fombonne, directeur du Programme clinique et de recherche sur l'autisme à l'hôpital pour enfants de Montréal. Mais au-delà de ça, on en est au stade de la recherche et des hypothèses.

Françoise Rollux défend d'autant plus la psychanalyse qu'elle n'écarte pas une responsabilité familiale dans l'apparition de l'autisme. Sans considérer qu'il s'agit du fruit d'une mauvaise éducation – « la caricature qui consiste à dire que la mère ou le père est responsable est une absurdité », dit de son côté Jean-Daniel Matet – elle se demande si son passé, celui de son mari ou de leurs aînés n'a pas impacté leur fils. Elle s'interroge d'autant plus que des chercheurs ont montré qu'un traumatisme – en l'occurrence des abus sexuels – pouvait modifier des marques épigénétiques sur l'Adn de la victime et de ses descendants. Et de se demander si un mécanisme semblable n'interviendrait pas dans le domaine de l'autisme, auquel cas son origine en partie génétique ne serait pas remise en cause.

Pas de méthode universelle

Même si chaque camp accuse l'autre d'être motivé par des intérêts financiers, chacun se dit ouvert au dialogue, à la remise en question. « Quand on voit les progrès que certains peuvent faire avec des méthodes éducatives et comportementales, c'est vraiment anormal de les en priver, souligne Franck Ramus. Mais ces méthodes ne font pas non plus des miracles et ne marchent pas forcément sur tous les enfants. » « On ne veut pas se substituer aux éducateurs ou aux psychiatres, on n'a pas de volonté hégémonique. La psychanalyse, c'est seulement pour ceux qui le souhaitent, on ne défend pas une méthode pour tous », renchérit Jean-Daniel Matet.

Finalement, tous sont au moins d'accord sur un point : il faut investir dans la recherche, pour enfin trouver les causes de ce handicap et pouvoir le prendre en charge correctement.

A lire aussi :

  • 1. La réalisatrice a depuis été condamnée en première instance pour avoir volontairement dénaturé les propos de trois psychanalystes. Elle a fait appel.

Vos réactions

Sur le même sujet

Handicap

Le handicap serait-il invisible aux yeux des candidats à la présidentielle ?

Le handicap est le grand absent des programmes de la présidentielle. Des personnalités montent au créneau pour interpeller les candidats.

Handicap

Personnes handicapées : toujours l'exil forcé en Belgique

Des milliers de citoyens handicapés continuent d'être exilés en Belgique, faute de solutions d'accompagnement adaptées.

Handicap

Spectacle, cinéma, télé... Pleins feux sur le handicap

Une comédie musicale qui cartonne, des films qui font des millions d’entrées… les mentalités changent et notre regard sur le handicap aussi.

Dans la même rubrique

Enfants

Rentrée scolaire : quelles aides pour les enfants Dys ?

Environ 6 % des élèves souffrent de troubles des apprentissages : dyslexie, dysphasie, dysgraphie... Quelles aides pour ces enfants ?

Santé

Autisme : « L'inertie des pouvoirs publics »

A la veille de la Journée de l'autisme, le 2 avril, les associations dénoncent le manque de prise en charge et l'inertie des pouvoirs publics.

Audition-vision

Journal de ma nouvelle oreille ou la renaissance au monde sonore

La pièce Journal de ma nouvelle oreille, raconte le parcours d'une jeune femme qui vient de se faire appareiller. Une nouvelle écoute du monde sonore.

Nous suivre