Mutualité

Des propositions pour améliorer l'offre de soins en Seine-Saint-Denis

L’exercice collectif de la médecine, en centre, maison ou pôle de santé, a été au cœur du débat organisé par la Mutualité française Ile-de-France, le 13  décembre dernier à Bobigny, sur le thème « des solutions pour l’offre de soins en Seine-Saint-Denis ». Dans une Région globalement plus riche que les autres mais marquée par de fortes inégalités, ce département d’un million et demi d’habitants en forte croissance démographique connaît des indicateurs sanitaires particulièrement défavorables.

« Il n’y a pas de désert médical, mais une baisse importante et préoccupante du nombre de praticiens dans certains territoires », a constaté Bernard Kirschen, délégué territorial de l’agence régionale de santé (Ars). Les généralistes qui partent à la retraite peinent aujourd’hui à trouver un successeur. « Cette crise dans les soins de premier recours est liée au souhait des jeunes médecins d’avoir une autre pratique », poursuit-il, affirmant qu’une des priorités de l’Ars est le développement de structures d’exercice collectif. Sur les 83 médecins généralistes qui se sont inscrits en 2010 auprès du conseil départemental de l’ordre des médecins, 53 exercent (les autres étant remplaçants ou retraités, ou employés dans des structures ne faisant pas de soins), et parmi ceux-ci 17 seulement se sont installés en libéral.

« Il ne faut pas seulement faire du soin, mais de la santé. C’est un changement culturel pour les médecins, et il est rassurant de voir que les jeunes médecins y sont intéressés. Mais il faut aussi une nouvelle organisation, car aujourd’hui faire de la prévention relève du bénévolat », a considéré Didier Menard, président du Syndicat de la médecine générale. Pour lui, l’opposition entre la pratique en libéral et le salariat est dépassée, et l’essentiel à retenir est la modalité collective de l’exercice. Il est revenu sur l’expérience de l’Association communautaire santé bien-être (Acsbe), qu’il préside, dans le quartier des Francs-Moisins à Saint-Denis. L’association vient de créer un centre de santé communautaire où sont salariés cinq jeunes généralistes et des médiatrices.

Hervé Le Clesiau a expliqué le travail du centre d’examens de santé de la Caisse primaire d’assurance-maladie de Seine-Saint-Denis, dont il est médecin directeur. Le centre, orienté vers les populations précaires, est « un lieu ressources, une structure intermédiaire » qui permet une évaluation de l’état de santé des personnes et les adresse ensuite aux médecins de ville pour le suivi médical. « Nous proposons aussi, par exemple, une éducation thérapeutique du patient diabétique depuis quatre ans, avec des ateliers », explique-t-il, mettant l’accent sur le travail en partenariat, avec l’hôpital, la mission locale, etc.

Gérard Aoustin, directeur des centres municipaux de santé de la ville de Drancy et membre du conseil départemental de l’ordre des médecins, a jugé que le manque prévisible de médecins dans certaines zones ne pourrait pas être pallié par les centres de santé, qui constituent des charges financières trop lourdes pour les municipalités. Il a développé l’exemple de la maison de santé pluridisciplinaire de Drancy, qui regroupe des professionnels de la santé libéraux – médecins, infirmières, kinés et dentistes.

Christophe Debeugny, chef du service de la prévention et des actions sanitaires au conseil général, a pour sa part exposé les multiples actions de la collectivité territoriale dans le secteur de la santé, depuis des bourses pour les étudiants en médecine jusqu’à la création de Tête à tête, lieu de prévention pour les jeunes à Rosny 2, en passant par un plan de recrutement exceptionnel de pédiatres, une politique volontaire dans le bucco-dentaire et, plus généralement, l’amélioration des conditions de vie des habitants. Ce débat, qui a permis de riches échanges avec l’ensemble des acteurs de terrain, s’inscrit dans la stratégie du mouvement mutualiste, lequel souhaite mettre la santé au cœur des prochaines élections.

Facebook

Twitter

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'information. Abonnez-vous à (ou désabonnez-vous de) :

Dossier

Octobre 2014

Système de soins : toujours plus d’inégalités

Inégalités de santé_MDM
Si la France est souvent louée pour la qualité de son système de santé, la réalité est tout autre et prive d’accès aux soins des milliers de personnes

Sur le même thème

Mutualité

Prévention en institution

« Bien vieillir en institution », c’est le nom du programme de prévention que la Mutualité française de Corse vient de lancer au sein des Ehpad
Mutualité

Un bel exemple de démocratie participative

Un café-débat : c’est l’invitation lancée par la Mutualité française de la Corse à 35 responsables et délégués de mutuelles le 29 avril
Mutualité

Des experts à l’écoute des adhérents

Priorité santé mutualiste, le service de prévention et d’assistance de la Mutualité française, est à la disposition de tous les mutualistes
Mutualité

Bienvenue à la Sécu !

Le 4 décembre, les organismes de Sécurité sociale de Saint-Etienne ont ouvert leurs portes au public