Navigation article

Environnement

Etats-Unis : la Cour suprême dédouane les fabricants de l'Agent orange

Anne-Marie Boulet

La Cour suprême des Etats-Unis a décidé de blanchir les responsabilités de l'état américain et des firmes impliquées dans la production de l'Agent orange, une puissante et dévastatrice dioxine déversée pendant les années 1960 sur les forêts vietnamiennes.

Responsable de très nombreuses malformations congénitales chez des nouveaux-nés de ce pays, même de longues années après le conflit, l'Agent orange a été l'une des plus terribles armes chimiques utilisée à grande échelle.

Vétérans américains de la guerre du Vietnam et gouvernement vietnamien poursuivaient depuis leur longue bataille juridique commune pour faire reconnaître les responsabilités dans ce crime contre l'humanité.

Les juges de la Cour supême ont débouté, le 2 mars, les plaignants qui avaient lancé deux actions en justice contre les principales firmes américaines productrice de l'Agent orange : Monsanto, Dow Chemical et quelques autres sociétés. Les plaignants demandaient des dommages pour avoir été exposés à ce défoliant dévastateur.

Les juges de la Cour suprême des Etats-Unis ont refusé de revoir le premier jugement prononcé l'an dernier par une cour d'appel de New-York, au motif que l'Agent orange avait été utilisé comme défoliant et non comme substance toxique visant des populations humaines.

Au Canada, tournage d'un documentaire

Dans le même temps, un groupe de cinéastes new-yorkais a entrepris, en devoir de mémoire et de dénonciation des dangers de cette même redoutable substance, la réalisation d'un documentaire au Canada.

En effet, il semble qu'un très grand centre d'entraînement militaire de l'Est du pays, Gagetown, a reçu des déversements, pendant 28 ans – de 1956 à 1984 –, sur les forêts canadiennes, d'énormes quantités à la fois d'Agent orange mais aussi de ce qu'on a appelé l'agent "pourpre" et l'agent "blanc" (autres produits chimiques toxiques), provoquant décès ou maladies graves chez des milliers de personnes, militaires ou civils.

Le titre provisoire du film est Gagetown, Canada's dirty secret ("Gagetown, le secret poisseux du Canada")1. Danny Feighery et Greg de Domenico, les deux cinéastes américains, seront en tournage jusqu'au 1er avril, date butoir fixée pour les familles touchées par ce drame pour remplir un formulaire d'indemnisation. Le gouvernement canadien leur octroyant un dédommagement forfaitaire de 20 000 dollars.

Lire aussi :

Vos réactions

Sur le même sujet

Des biberons sans bisphénol A
Environnement

Des médecins en campagne contre les perturbateurs endocriniens

Ils veulent alerter en priorite les femmes enceintes contre les risques de ces molécules pour le foetus
Environnement

La première carte des victimes de pesticides

Générations Futures met en ligne la première carte de France des victimes (professionnels et riverains) des pesticides.

Environnement

Les jardins familiaux, une idée qui fleurit

Les jardins familiaux ou associatifs fleurissent partout, surtout dans les grandes villes, à leur périphérie ou au pied des immeubles.

Dans la même rubrique

Allergies

Vive le printemps, gare aux allergies !

Nous attendons tous le printemps avec impatience. Mais pour certains, nez qui coule, éternuements, c'est aussi le début des allergies.

Droits

Création du chèque énergie

Pour aider les familles en situation de précarité, la loi crée le « chèque énergie », un titre spécial de paiement.

Santé

Changement climatique : quelles conséquences pour notre santé ?

Notre planète se réchauffe et ces degrés supplémentaires vont changer notre quotidien. Quelles seront les répercussions sur notre santé ?

Nous suivre