Navigation article

Hôpital

Hôpitaux : les soignants dénoncent le manque de lits et de personnel

Maïté Pinero
Hôpitaux : les soignants dénoncent le manque de lits et de personnel
C'est un hôpital en grève que le Président de la République va visiter ce vendredi 9 janvier. A l'appel des syndicats Cgt, Cfdt, Cftc, FO, Sud et Unsa, les personnels hospitaliers ont cessé le travail tandis que Nicolas Sarkozy vient inaugurer le nouvel Hôpital civil. A Strasbourg comme dans tous les hôpitaux du pays, l'afflux de malades, résultat du froid, des épidémies de grippe et de gastro-entérite mettent en évidence le manque de lits et de personnel. Avec chez ces derniers, depuis les décès intervenus pendant les fêtes, la peur de l'erreur médicale que ce contexte favorise.

C'est ainsi que le 5 janvier dernier, dans une lettre électronique publiée par l'Humanité, une dizaine de médecins urgentistes du nouvel hôpital civil de Strasbourg ont écrit au directeur que « la vie des patients est en danger. » Ils précisent « il est impossible pour un médecin, même d'expérience d'être à la fois vigilant à l'état de santé des patients, d'organiser la gestion du flux en l'absence de lits d'aval en nombre et en qualité suffisants pour accueillir chacun comme il se doit. Il est également impossible de répondre sans délais aux détresses inopinées des patients qui occupent toute notre attention pendant que d'autres patients affluent ou décompensent simultanément avec comme seul interlocuteur disponible un interne de premier semestre ».

Des morts évitables

Des décès ont déjà eu lieu signalent les médecins : « plusieurs d'entre nous ( ...) accomplissant des gardes, sommes confrontés à des drames humains (décès ou morts encéphaliques) dont une des causes est l'impossibilité de gérer, de vérifier des situations dégradées à plusieurs endroits différents et sur plusieurs patients simultanément et d'accomplir sa mission en toute sérénité et selon les recommandations. Nous voulions vous en avertir car plusieurs de ces dossiers risquent d'entraîner des procédures enclenchées par des familles en plein désarroi ne comprenant pas à juste titre la disparition de leurs proches ».

5e semaine de grève à Lyon

Mobilisés depuis le 8 décembre, les infirmiers et aides-soignants des urgences de l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon ont durci leur mouvement. Depuis le 8 janvier, ils occupent les locaux de la direction générale des Hospices civils de Lyon.

Ils réclament notamment l'embauche de cinq brancardiers et le remplacement des personnels paramédicaux manquant. « Cela fait cinq mois que nous alertons la direction sur des problèmes d'effectifs qui influent directement sur la sécurité et la qualité de la prise en charge des patients » ont-ils déclaré.

Plan blanc à Quimper

Urgences saturées aussi dans le Finistère. Le Plan blanc* a du être déclenché au Centre hospitalier de Cornouaille et à l'hôpital de Quimper. Les hôpitaux de proximité du département sont logés à la même enseigne.

Selon le syndicat Sud, l’hôpital de Carhaix aurait enregistré, lundi, 53 entrées aux urgences, au lieu d’une trentaine habituellement et les lits en chirurgie viscérale ont été passés de 17 à 22 ».

Même situation à l’hôpital de Douarnenez où, entre les urgences, la médecine et la chirurgie, une vingtaine de lits ont été rouverts, « ce qui est énorme pour un hôpital de taille moyenne », continue-t-il.

Conséquence du Plan blanc, les personnels sont rappelés au pied levé. Les rappels sur les repos hebdomadaires ou les RTT deviennent le quotidien des agents. Ils ne se reposent pas et comme la sur-occupation des services est constante ils sont extrêmement tendus.

Sud Santé, qui craint qu’un drame semblable à celui survenu récemment à l’hôpital Bichat, à Paris, ne survienne dans le département, estime alors « indécent » de garder les urgences de l’hôpital de Concarneau fermées la nuit (depuis cet été, les malades doivent se rendre à Quimper).

Admissions reportées à Montbéliard

A Montbéliard dans une note du 6 janvier sur « l'afflux des malades », la directrice des activités médicales a demandé aux chefs de service et cadres de l'établissement de « différer toutes les admissions programmées dans les services de médecine qui peuvent être reportées. »

Devant l'afflux des urgences la direction découvre qu'elle n'a plus de lit disponible. Le personnel fait valoir qu'il existait autrefois 1 600 lits disponibles sur les deux structures de Montbéliard et Belfort. Depuis leur fusion le nombre de lits est passé à 1 224 et un nouveau projet de centre hospitalier les ferait encore chuter à 1 150. Et le gouvernement continue à expliquer que les difficultés de l'hôpital public ne sont pas une question de moyens mais d'organisation....

La confiance des Français

Malgré les alertes qui se succèdent, un nouveau sondage CSA publié par Le Parisien/Aujourd'hui en France montre qu'en dépit des drames récents, 77 % des Français font confiance au système hospitalier tandis que 72 % ont confiance dans le fonctionnement des urgences des hôpitaux publics.

En effet, même s'ils en payent le prix sur leur propre santé, les personnels font tous face car l'urgence est de soigner et de sauver des vies. Mais que peut leur dévouement si les lits manquent, si les médecins manquent, si les infirmières manquent? Question d'organisation vraiment?

Voir le site de l'Humanité : www. humanite.fr

* Le plan blanc hospitalier est mis en place en cas de crise à caractère exceptionnel. Une cellule de crise, mise en place par le directeur, organise la coordination avec le Samu et les services d’urgences, le rappel de tous les personnels, réorganise la réouverture de lits, le report d’hospitalisations non urgentes...

Vos réactions

Sur le même sujet

Hôpital

Grève des praticiens hospitaliers

Les hospitaliers étaient en grève le 26 septembre. En cause : le temps de travail trop élevé et des carrières non revalorisées.

Hôpital

Les Français défendent l'hôpital

Deux tiers des Français déclarent que les propositions que feront les candidats pour 2017 en matière de santé auront un impact sur leur vote.

Hôpital

Violences à l'hôpital : le personnel en première ligne

Le personnel est le premier touché par les violences à l'hôpital, selon l'enquête de l'Observatoire national des violences en santé (Onvs).

Dans la même rubrique

Santé

Attentats à Paris : services d'urgence et hôpital public mobilisés 

Coup de chapeau aux services d'urgence et aux soignants de l'hôpital public, qui se sont mobilisés sans relâche lors des attentats le 13 novembre.

Addictions

Alcool : le nombre des hospitalisations augmente

La consommation d'alcool est une des premières causes d'hospitalisation en France, d'après le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (Beh).

Système de soins

Grève des urgentistes pendant les fêtes

L'Association des médecins urgentistes de France appelle à faire la grève durant les fêtes comme leurs collègues généralistes.

Nous suivre