Navigation article

Santé

Information santé sur Internet : connaissez-vous le Hon code ?

Marilyn Perioli
Information santé sur Internet : connaissez-vous le Hon code ?

Vous recherchez de l'information sur Internet et vous êtes parfois un peu perdu ? Le Hon code vous assure une information fiable et de qualité. Qu'est-ce que le Hon code ? Tout simplement un label matérialisé par un logo qui se trouve sur la page d'acceuil du site visité. Devant le foisonnement des sites santé-plus de 121 millions de pages dans le monde-, la Haute Autorité de santé (Has) en lien avec la fondation Health on the Net (Hon), a planché sur une labellisation des sites de santé français. « Nous avons commencé par regarder ce qui se faisait ailleurs en matière de certification, explique Etienne Caniard, en charge du projet à la Has, un seul modèle fonctionne très bien depuis plus de dix ans, le modèle suisse Hon. » Créée en 1995 avec le soutien du ministère de la Santé du canton de Genève, la fondation Health on the Net (Hon) a pour but de guider l’internaute dans sa recherche. Les sites qui souhaitent obtenir le label HONcode, gratuit et valable un an, doivent en faire la demande et répondre à huit principes de base1

  • 1.

    Les 8 principes à respecter

    Ces principes sont les suivants:

    1. Indiquer la qualification des rédacteurs

    2. Compléter et non remplacer la relation patient-médecin

    3. Préserver la confidentialité des informations personnelles soumises par les visiteurs du site

    4. Citer la/les source(s) des informations publiées et dater les pages de santé

    5. Justifier toute affirmation sur les bienfaits ou les inconvénients de produits ou traitements

    6. Rendre l’information la plus accessible possible, identifier le webmestre, et fournir une adresse de contact

    7. Présenter les sources de financements

    8. Séparer la politique publicitaire de la politique éditoriale. 

    En novembre 2008, 552 sites étaient certifiés par HON dans ce cadre. 25% sont des sites d’organisations de professionnels de santé, 23% des sites de professionnels de santé, 13% des sites d’établissements de santé, 10% de sites d’associations de patients, et seulement 5% sont des sites d’éditeurs dédiés à l’information de santé, dont le site de Viva. Sur 165 sites évalués lors de la demande initiale de certification, constate la Has, 56 % n’étaient pas conformes, car ils ne respectaient pas un ou plusieurs principes du HON code. Les non-conformités les plus fréquemment observées concernaient les principes 2 but du site-complémentarité, 3 confidentialité, 4 datation, 7 transparence du financement, et 8 honnêteté dans la publicité et la politique éditoriale. Chacun de ces principes n'était pas respecté par 20% ou plus des sites. Mais note la Has, « dans la grande majorité des cas, ce processus de certification amène les sites à devenir conformes aux principes du HON code. »

    En savoir plus sur le HON code sur le site de la Fondation : www.hon.ch/HONcode

Vos réactions

Sur le même sujet

Santé

Cancers de la thyroïde : épidémie ou surdiagnostic ?

La recrudescence des cancers de la thyroïde serait due à un surdiagnostic, d'après une étude du Centre international de recherche contre le cancer.

Santé

Les pouvoirs insoupçonnés de notre ventre

Considéré comme notre deuxième cerveau, le ventre, constitué de millions de neurones et de milliards de bactéries, n’a pas fini de nous étonner…

Santé

Faux ongles : attention danger

L'Agence de sécurité du médicament met en garde sur la pose de faux ongles, une pratique qui n'est pas sans risques.

Dans la même rubrique

Octobre rose

Octobre rose pour se mobiliser contre le cancer du sein

Pour la 23e année consécutive, Octobre rose est le mois du dépistage du cancer du sein. Des événements partout en France pour vous informer.

Femmes

Le droit à l'avortement doit être protégé

Le gouvernement veut lutter contre les sites Internet qui véhiculent des informations erronnées sur l'interruption volontaire de grossesse (Ivg).

Amiante

Amiante : le procès de l'hôpital de Besançon

Le Centre hospitalier de Besançon doit répondre devant le tribunal correctionnel pour avoir exposé délibérément des salariés à l'amiante.

Nous suivre