Navigation article

Santé

Information santé sur Internet : connaissez-vous le Hon code ?

Marilyn Perioli
Information santé sur Internet : connaissez-vous le Hon code ?

Vous recherchez de l'information sur Internet et vous êtes parfois un peu perdu ? Le Hon code vous assure une information fiable et de qualité. Qu'est-ce que le Hon code ? Tout simplement un label matérialisé par un logo qui se trouve sur la page d'acceuil du site visité. Devant le foisonnement des sites santé-plus de 121 millions de pages dans le monde-, la Haute Autorité de santé (Has) en lien avec la fondation Health on the Net (Hon), a planché sur une labellisation des sites de santé français. « Nous avons commencé par regarder ce qui se faisait ailleurs en matière de certification, explique Etienne Caniard, en charge du projet à la Has, un seul modèle fonctionne très bien depuis plus de dix ans, le modèle suisse Hon. » Créée en 1995 avec le soutien du ministère de la Santé du canton de Genève, la fondation Health on the Net (Hon) a pour but de guider l’internaute dans sa recherche. Les sites qui souhaitent obtenir le label HONcode, gratuit et valable un an, doivent en faire la demande et répondre à huit principes de base1

  • 1.

    Les 8 principes à respecter

    Ces principes sont les suivants:

    1. Indiquer la qualification des rédacteurs

    2. Compléter et non remplacer la relation patient-médecin

    3. Préserver la confidentialité des informations personnelles soumises par les visiteurs du site

    4. Citer la/les source(s) des informations publiées et dater les pages de santé

    5. Justifier toute affirmation sur les bienfaits ou les inconvénients de produits ou traitements

    6. Rendre l’information la plus accessible possible, identifier le webmestre, et fournir une adresse de contact

    7. Présenter les sources de financements

    8. Séparer la politique publicitaire de la politique éditoriale. 

    En novembre 2008, 552 sites étaient certifiés par HON dans ce cadre. 25% sont des sites d’organisations de professionnels de santé, 23% des sites de professionnels de santé, 13% des sites d’établissements de santé, 10% de sites d’associations de patients, et seulement 5% sont des sites d’éditeurs dédiés à l’information de santé, dont le site de Viva. Sur 165 sites évalués lors de la demande initiale de certification, constate la Has, 56 % n’étaient pas conformes, car ils ne respectaient pas un ou plusieurs principes du HON code. Les non-conformités les plus fréquemment observées concernaient les principes 2 but du site-complémentarité, 3 confidentialité, 4 datation, 7 transparence du financement, et 8 honnêteté dans la publicité et la politique éditoriale. Chacun de ces principes n'était pas respecté par 20% ou plus des sites. Mais note la Has, « dans la grande majorité des cas, ce processus de certification amène les sites à devenir conformes aux principes du HON code. »

    En savoir plus sur le HON code sur le site de la Fondation : www.hon.ch/HONcode

Vos réactions

Sur le même sujet

Santé

Hépatite C : le traitement pour tous les malades

Tous les malades pourront bénéficier des traitements innovants contre l'hépatite C annonce Marisol Touraine, pour la Journée des hépatites, le 25 mai.

Santé

Lutter contre l'antibiorésistance

En 2050, l'antibiorésistance devrait faire 10 millions de victimes  par an dans le monde, d'après un rapport britannique.

Santé

L'obésité, une épidémie mondiale

Dans le monde, le nombre d’obèses a doublé depuis 1980. En 2014, plus de 1,9 milliard d’adultes étaient en surpoids, dont 600 millions étaient obèses.

Dans la même rubrique

Maladies

Mieux connaître la sclérose en plaque

100 000 personnes en France sont atteintes de sclérose en plaque, cette maladie neurologique évolutive. Les 3/4 sont des femmes.

Prévention

Paquet de cigarettes neutre, c'est parti !

Aujourd'hui, les industriels du tabac ne peuvent plus fabriquer les anciens paquets de cigarettes. Dès janvier 2017, le paquet neutre sera généralisé.

Système de soins

Les centres dentaires low cost dans la tourmente

Des centres dentaires « low cost » Dentexia situés à Lyon, Marseille, Paris ont été liquidés et des centaines de patients se retrouvent à l'abandon.

Nous suivre