Navigation article

Travail

L'appel au secours de NightDive

Viva *

Véritable appel au secours, ce témoignage de NightDive posté sur le site www.01net.com (26/10/2007), a retenu notre attention. Grâce à la vigilance de ses collègues, ce salarié visiblement en danger à pu être retrouvé.

« Je suis employé Ibm depuis 27 ans et en souffrance morale depuis plusieurs années. Ce qui se répercute aussi sur ma vie personnelle. Chaque poste que j'ai occupé depuis 15 ans a été soit externalisé soit redéployé dans un pays "low cost". D'où mutations géographiques, changements de poste à répétition sans être vraiment formé à mes nouvelles activités. A chaque changement de manager vous êtes systématiquement mal noté au motif que vous ne pouvez pas remplir tous vos objectifs quand vous débutez.

Comme il y a des quotas de mauvaises notes à repartir dans les équipes, vous êtes le client idéal. Donc vous n'avez pas d'augmentation et une pression maxi.
J'ai craqué l'année dernière et fait une tentative de suicide: 48 heures de coma et un arrêt de travail. Je n'en ai pas parlé à la médecine du travail à mon retour. Depuis, j'ai été muté suite à la suppression de mon poste. Je suis fatigué en permanence, stressé, je prends du poids. Je me sens seul et j'ai souvent la tentation d'en finir. »

Vos commentaires

Hélas ! je viens de vivre une situation identique si bien décrite dans ce message. En ce qui me concerne, j'ai été déclarée inapte au métier de formatrice itinérante (secteur éditeur de logiciels informatiques dans le secteur de la santé) après avis médical une incapacité physique a été émise (blessure lors de mes nombreux déplacements au coude droit sérieuse avec rupture d'un tendon, et qui s'est aggravée empêchant de porter toute charge lourde, Pc portable, valise etc). Pathologie : Epicondylite.
Licenciée sans respect de la procédure de reclassement, invitée à retourner à mon domicile sans autre avis "faute de me donner du travail" j'ai été entre le 07/11/07 et le 27/12/07 (date de mon licenciement) recluse chez moi sans rémunération. Déprime, inquiétude, repli social etc. Le pourrissement de mon dossier, le comportement des DP et du CHSCT ignorant mon problème de santé, comme celui de ma direction, m'ont accablée. J'ai eu une reconnaissance de travailleur handicapé entre temps et cette reconnaissance me fait peur ! vais-je être crédible sur le marché du travail ? Je culpabilise alors qu'il y a faute inexcusable de l'employeur qui n'a pas tenu compte des avis médicaux et n'a pas aménagé mon poste de travail.
Je suis cassée, j'ai peur de représailles, le groupe qui vient de me licencier pratique les mêmes méthodes de management souvent mises en cause (IBM, et autre gros dévoreurs d'être humains !). J'avais engagé une procédure mais j'ai envie de l'abandonner, car je crains d'être accusée d'être une procédurière ... si jamais on venait à apprendre que j'ai porté plainte. Je culpabilise encore et ai peur que cela me nuise pour retrouver un autre travail .

Sur le même sujet

Travail

Les infirmiers en grève mardi 8 novembre

Les infirmiers et aides soignants sont en grève mardi 8 novembre pour dénoncer leurs conditions d'exercice et leur « profonde souffrance au travail ».

Travail

Egalité salariale hommes/femmes : vivement 2186 !

L'égalité salariale entre les hommes et les femmes sera effective en 2186. En attendant elles sont invitées à cesser le travail le 7 novembre à 16 h 34.

Travail

La santé auditive au travail

A l'occasion de la Semaine de la santé au travail, l'association Journée nationale de l'audition alerte sur les nuisances sonores au travail.

Dans la même rubrique

Amiante

Manifestation contre l'amiante le 7 octobre

L'Association des victimes de l'amiante manifestera pour réclamer, une fois encore, que les responsables de ce scandale soient traduits en justice.

Droits

Le compte pénibilité est définitivement entré en application

Le compte pénibilité est entré en application le 1er juillet dernier. Il concerne les salariés qui ont occupé les postes les plus difficiles.

Santé

Prévenir les Tms est un enjeu social et économique

Les troubles musculo-squelettiques coûtent 1 milliard d'euros par an aux entreprises. Ils sont la première cause de maladie professionnelle reconnue.

Nous suivre