Sécurité sociale
Sécurité sociale

La ministre de la Santé entend garantir aux Français de « pouvoir accéder à la santé sans avoir à payer toujours plus »

La ministre de la Santé entend garantir aux Français de "pouvoir accéder à la santé sans avoir à payer toujours plus"

La ministre de la Santé et des Affaires sociales a minimisé le mouvement des «médecins pigeons» lancé sur Facebook par un chirurgien plasticien niçois au moment où les médecins libéraux, les complémentaires santé et l'assurance-maladie mènent des négociations en vue de limiter les dépassements d'honoraires.

«Je ne suis pas certaine que ce mouvement, qui est parti d'une volonté de défense de certains chirurgiens esthétiques, soit très représentatif de la majorité du milieu médical», a déclaré Marisol Touraine à l'antenne de France Inter.

Sur Facebook, le mouvement conteste l'alignement du taux de Tva des opérations de chirurgie esthétique sur celui des actes non thérapeutiques (19,6 %). Autre thèmes de protestation des «médecins pigeons» : la revalorisation des tarifs en secteur I (conventionné) et en secteur II (non conventionné avec possibilité de dépassement d'honoraires) ou encore la liberté d'installation des jeunes médecins.

La ministre a réaffirmé qu'elle considérait qu'il «y a dans notre pays des dépassements d'honoraires qui ne sont plus acceptables» et que son rôle est de «garantir aux Français qu'ils continueront à être protégés et à pouvoir accéder à la santé sans avoir à payer toujours plus». Elle a souhaité des sanctions dissuasives contre les dépassements excessifs.

 

Facebook

Twitter

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'information. Abonnez-vous à (ou désabonnez-vous de) :

Dossier

Septembre 2014

Alzheimer : pourra-t-on en guérir demain ?

Alzheimer
Qu’est-ce qui se cache exactement derrière cette maladie qui entraîne la destruction lente des facultés cognitives, en particulier la mémoire ?

Sur le même thème

Sécurité sociale

Progression des dépenses maladie de 2,1 %

Selon les derniers chiffres de la Caisse nationale d'assurance-maladie, les dépenses de soins du régime général sont en hausse de 2, (...)
Sécurité sociale

Vote du Plfss rectificatif le 8 juillet

L'Assemblée nationale devra se prononcer sur la baisse des cotisations employeurs et salariés et le gel des pensions de retraite.