Les maladies cardio-vasculaires, première cause de mortalité en France

Infarctus, Avc, hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité en France, avec près de 180 000 décès par an. Dans le monde, elles sont responsables de la mort de plus de 17 millions de personnes, chaque année, d'après l'Organisation mondiale de la santé. Et les femmes ne sont pas épargnées. Le point sur cette affection.

Qu'est-ce qu'une maladie cardio-vasculaire ?

Une maladie cardio-vasculaire est une maladie ou une lésion touchant le cœur, les vaisseaux sanguins approvisionnant le cœur ou le réseau de vaisseaux sanguins (artères et veines) dans tout le corps et à l'intérieur du cerveau.

Un accident vasculaire cérébral (Avc) résulte d'un problème relatif à l'irrigation sanguine du cerveau. L'Avc est considéré comme une forme de maladie cardio-vasculaire.
L'âge, le sexe, l'hérédité sont des facteurs de risques sur lesquels nous ne pouvons intervenir. D'autres, comme l'excès de cholestérol, l'hypertension artérielle, le tabac, le mode d'alimentation, la sédentarité, dépendent de nous et de notre mode de vie.

Quelles sont les principales maladies cardio-vasculaires ?

Les maladies coronariennes, l'angine de poitrine, l'infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux (Avc), l'artérite des membres inférieurs, l'hypertension artérielle.

Quelle prévention ?
-Manger équilibré

La meilleure prévention des maladies cardio-vasculaires passe par l'alimentation. Des repas équilibrés et variés sont une véritable assurance-vie pour vos artères.

Evitez les déséquilibres alimentaires (excès de graisse, de sucre, de sel, d'alcool) ;

consommez des fibres, faites le plein de vitamines, minéraux et oligo-éléments...

variez votre alimentation.

-Eviter la sédentarité

On fait de moins en moins d'efforts physiques. Pour garder la forme et la santé, il faut "Bouger son coeur". Délaissez votre voiture, utilisez vos jambes !

L'exercice physique régulier dilate les artères, notamment les artères coronaires, qui alimentent le cœur, et permet une meilleure irrigation. Il les protège contre les obstructions (thromboses) dues aux graisses et aux sucres en excès dans le sang. De même, il abaisserait favorablement la pression artérielle.

Un cœur d'autant plus musclé qu'il travaille régulièrement à un rythme soutenu se contracte plus puissamment ; ses cavités se remplissent bien ; le sang est mieux éjecté. L'exercice physique donne au cœur une réserve de puissance.

-Fuir le stress

Les troubles psychologiques augmenteraient le risque d'infarctus ou d'accidents vasculaires cérébraux.
Le stress, en particulier au travail, mettrait le cœur à rude épreuve. Soumises à des conditions de travail oppressantes, certaines personnes seraient plus enclines à développer des problèmes artériels. Ce phénomène entraînerait une augmentation du risque de formation de dépôts lipidiques (athérome) et, indirectement, d'infarctus et d'accidents vasculaires cérébraux.

-Surveiller sa tension artérielle

On parle d'hypertension lorsque la tension d'un patient ne descend pas en dessous d'une valeur de 14 pour la pression maximale (pression systolique) et de 9 pour la pression minimale (pression diastolique) après un repos de quelques minutes.

Certains facteurs peuvent favoriser l'apparition de l'hypertension : l'âge, l'hérédité, le tabagisme, une mauvaise alimentation...

L'hypertension peut avoir des conséquences dramatiques. Les artères approvisionnent en oxygène tout l'organisme. Lorsque la pression du sang est trop élevée, les artères s'usent plus vite et, un jour ou l'autre, cette usure invisible se manifeste. C'est l'accident : infarctus du myocarde, angine de poitrine, accident vasculaire cérébral, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque, artérite des membres inférieurs...

Bien qu'on ne puisse pas totalement la guérir, l'hypertension artérielle se soigne efficacement. De l'équilibre alimentaire à la réduction des facteurs aggravants (tabagisme, sédentarité, surpoids) en passant par les traitements médicamenteux, la prise en charge doit être entreprise le plus tôt possible, dès l'apparition des premiers symptômes.

-Contrôler son taux de cholestérol

Un taux anormalement élevé de Ldl-cholestérol, signifie que le sang contient plus de « mauvais cholestérol » que nécessaire. Cet excès se dépose alors, progressivement, sur les parois des artères formant des dépôts lipidiques à l'origine des plaques d'athérome responsables des maladies cardiovasculaires.

-Cesser de fumer

Le tabagisme est responsable d'une augmentation de la pression artérielle, d'une détérioration des artères et d'une accélération du rythme cardiaque.

Pour les femmes, l'association du tabac et de la pilule augmente de manière significative le risque de maladies cardio-vasculaires et thromboemboliques.

Pour en savoir plus, lire le programme national de réduction des risques cardio-vasculaires 2002/2003 sur le site du ministère de la santé :
" target="_blank">http://www.sante.gouv.fr/

Facebook

Twitter

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'information. Abonnez-vous à (ou désabonnez-vous de) :

Dossier

Septembre 2014

Alzheimer : pourra-t-on en guérir demain ?

Alzheimer
Qu’est-ce qui se cache exactement derrière cette maladie qui entraîne la destruction lente des facultés cognitives, en particulier la mémoire ?