Navigation article

Travail

Un lien entre Alzheimer et champs électromagnétiques

Pascale Pisani
Une étude sur les causes de décès des cheminots suisses, présentée à Paris, lors d'une conférence internationale sur la santé environnementale (du 2 au 6 septembre), montre un lien entre champs électromagnétiques de basse fréquence et maladie d'Alzheimer

La conférence internationale sur la santé environnementale, qui a réuni a Paris plus de 1 500 chercheurs, a consacré une large partie de ses exposés à l'impact des ondes électromagnétiques sur la santé.

Les ondes à haute fréquence des téléphones mobiles et des antennes relais sont bien sûr au centre de très nombreuses études mais peu prétendent présenter aujourd'hui des conclusions définitives : les travaux sont en cours, et la méthodologie même des recherches à mener est loin d'être arrêtée.

L'impact des ondes électromagnétiques de basse fréquence, à proximité des lignes à haute tension ou dans les centrales électriques a été l'objet de nombreuses présentations. Des chercheurs de l'Université de Berne, Martin Röösli et Manfred Lörtscher, ont présenté à la conférence le résultat d'une étude de grande ampleur sur les conséquences de l'exposition de longue durée aux ondes électromagnétiques de basse fréquence chez les cheminots suisses.

L'étude a porté sur les cancers et les maladies neurodégénératives comme la démence, la maladie d'Alzheimer et le syndrome de Parkinson et a été menée auprès de 20 000 employés des chemins de fer fédéraux suisses entre 1972 et 2002.

Le parcours professionnel de chacun a été reconstitué et le risque d'exposition évalué en fonction des locomotives utilisées depuis 1919 et de leur condition d'utilisation.

Ainsi les conducteurs des trains « crocodiles » du Mont Gothard sont apparus plus exposés aux ondes électromagnétiques que leurs collègues travaillant en plaine.

Les cheminots ont été répartis en quatre catégories : conducteurs de train, conducteurs de locotracteurs, personnel d'accompagnement, chefs de gare.

En 2000, la charge magnétique subie par les conducteurs de train était de 21 microteslas en moyenne alors que celle subie par les conducteurs de locotracteurs était de 6 microteslas, de 4 microteslas pour le personnel d'accompagnement et d'1 microtesla pour les chefs de gare1.

Alors qu'une première étude, portant sur les années 1972-1993, avait fait apparaître un risque de leucémie beaucoup plus important pour les conducteurs que pour les chefs de gare, à l'issue de cette étude, la relation entre cancer et exposition aux champs magnétiques n'apparaît pas clairement et la mortalité ne semble pas plus élevée chez les conducteurs de train.

La maladie d'Alzheimer et les démences séniles semblent par contre bien liées à l'exposition aux ondes électromagnétiques de basse fréquence.

Pour la maladie d'Alzheimer, le risque est 3,12 fois plus élevé chez les conducteurs de train comparé aux chefs de gare et 1,84 fois plus élevé pour la démence sénile.

Des conclusions qui rejoignent d'autres études sur la relation entre démence sénile et maladie d'Alzheimer d'une part et exposition aux champs magnétiques dans l'exercice de la profession d'autre part.

Les chercheurs n'avancent pas pour autant d'explication sur les mécanismes biologiques qui peuvent expliquer ce lien et restent prudents sur leurs constatations, n'excluant pas que d'autres facteurs puissent expliquer le risque accru chez les conducteurs de train.

« Magnetic field exposure and neudegenerative diseases - recent epidemiological studies » / K. Hug, Martin Röösli, R. Rapp. International journal of public health 2006 ; 51: 210-8

Les résumés en anglais des différentes interventions sont disponibles sur :

www.paris2006.afsse.fr

  • 1. Le Tesla est l'unité de mesure d'induction magnétique.

Vos réactions

Sur le même sujet

Travail

Loi El Khomri : lourdes menaces sur la santé au travail, pour la Fmf

La Fédération des mutuelles de France (Fmf) appelle tous les mutualistes à prendre part aux temps de mobilisation.

Travail

Bientôt des vélos dans les entreprises

Ségolène Royal annonce la publication du décret sur la réduction d’impôt pour la mise à disposition d’une flotte de vélos par les entreprises

Travail

Une pétition pour reconnaître le burn out comme maladie professionnelle

Le député Benoît Hamon a lancé une pétition sur Facebook afin que le burn out soit reconnu comme maladie professionnelle.

Dans la même rubrique

Santé

Prévenir les Tms est un enjeu social et économique

Les troubles musculo-squelettiques coûtent 1 milliard d'euros par an aux entreprises. Ils sont la première cause de maladie professionnelle reconnue.

Santé

« Le stress au travail : un défi collectif »

Le stress au travail sera le thème principal de la Journée mondiale consacrée à la santé au travail, qui a lieu le 28 avril.

Mutualité

Mutuelle d'entreprise : ce qu'il faut savoir

La complémentaire santé en entreprise est devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2016. Précisions.

Nous suivre