Navigation article

Travail

L'addiction au travail : phénomène de société ?

Marilyn Perioli
©Fotolia

Surfer sur Internet, être présent sur les réseaux sociaux, relever ses mails à n'importe quelle heure du jour et de la nuit... peut vite devenir addictif, surtout si le travail revêt une importance primordiale, voire s'il est l'unique source de plaisir. Interview d'Olivier Brosseau, coach en entreprise pour le cabinet Lact (Paris).

Qu'est-ce que l'addiction au travail ?

Une addiction est une relation de dépendance plus ou moins aliénante pour l'individu et souvent rejetée par l'environnement de ce dernier. Elle peut être liée à un produit mais aussi à une pratique comme le travail. C'est une addiction à l'action qui pousse à toujours en faire plus et qui conduit à faire du travail l'unique axe de votre vie et donne un sentiment de toute puissance. On a l'impression de tout contrôler. Au départ, il y a souvent une peur : peur de décevoir, de ne pas être à la hauteur, ou des envies comme celles d'être performant, héroïque... Le contexte économique et la culture du travail peuvent pousser l'individu à en faire plus. Travailler beaucoup est plutôt positivement connoté, à la différence d'autres addictions. Je pense que l'addiction au travail a toujours existé mais aujourd'hui tout va plus vite avec les nouvelles technologies. La tension est partout.

Quels sont les signes d'une addiction au travail ?

C'est souvent l'entourage qui tire la sonnette d'alarme et remarque que les journées commencent de plus en plus tôt et finissent de plus en plus tard, que la personne est toujours connectée, le week-end, en vacances... l'individu en vient à négliger la vie extra-professionnelle, sa famille, son couple. Ce qui peut entraîner des conflits. Au travail, le salarié peut s'isoler, ce qui peut créer des tensions voire des conflits au sein de l'équipe de travail.

Les conséquences peuvent être graves sur la santé : troubles du sommeil, surmenage, développement d'un stress, de troubles de l’angoisse avec un risque d'évolution vers un syndrome d'épuisement professionnel (burn out).

Comment s'en libérer ?

Pour se libérer d'un plaisir compulsif, il est nécessaire de rajouter d'autres petit plaisirs tous les jours qui puissent satisfaire nos sens. Par exemple : faire de la musique, du sport...

Au travail, quand le responsable du personnel est alerté, (il peut l'être par le médecin du travail), il peut aider l'équipe à réorganiser le travail. Et si la problématique concerne seulement un salarié : l'inciter à non pas « en faire plus » mais à « faire mieux ». Le salarié est alors reçu en entretien individuel.

Si cela concerne tout un service, il faut intervenir pour réorganiser la charge de travail et repenser les métiers de chacun. Mais le mieux est d'agir en prévention sur une meilleure communication (entre les équipes et entre les salariés) et la qualité de vie au travail.

Le salarié peut aussi entreprendre un travail personnel auprès d'un psychothérapeute.

Vos réactions

Sur le même sujet

Travail

Les recommandations de la Has pour le Burn out

Afin de poser un bon diagnostic sur le Burn out (syndrome d’épuisement professionnel), la Haute autorité de santé donne ses recommandations.

Travail

Burn out : un syndrome difficile à évaluer

La Haute Autorité de santé tente de définir les contours d'un trouble pas toujours facile à diagnostiquer.

Travail

Maladies professionnelles : deux cancers ajoutés dans la liste

Deux cancers sont reconnus et ajoutés dans la liste des maladies professionnelles.

Dans la même rubrique

Santé

Vers une simplification du compte pénibilité

Les syndicats craignent que la proposition du gouvernement de simplifier le compte pénibilité entraîne moins d'avantages pour les travailleurs.

Femmes

Concilier grossesse et travail

Une majorité de femmes travaillent pendant leur grossesse. Certains risques sont à prendre en compte pour améliorer leurs conditions d'exercice.

Amiante

Procès de l'amiante : vers un non-lieu ?

Le procès de l'amiante, l'un des plus grands scandales sanitaires de ces dernières années, pourrait bien ne pas avoir lieu. Explications.

Nous suivre