Navigation article

Addictions

Alcool : l'Agence du médicament autorise temporairement le Baclofène

Brigitte Bègue
Baclofène
© Patrick ALLARD/REA

 

 

A l'occasion d'un colloque, organisé le 3 juin à Paris, le directeur de l'Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM), Dominique Marininchi, a annoncé que le Baclofène, un myorelaxant utilisé depuis peu contre l'alcool, allait bénéficier d'une Recommandation Temporaire d'Utilisation (RTU). Réclamée depuis longtemps par les associations de patients et certains spécialistes, ce médicament n'a jusqu'à présent pas d'Autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication. Or, depuis 2012, l'ANSM a la possibilité d'encadrer les «prescriptions non conformes» à l'AMM par une RTU, valable trois ans, quand il existe un bésoin thérapeutique non-couvert et quand le rapport bénéfice-risque du médicament est présumé favorable. Deux essais cliniques sont actuellement en cours sur le Baclofène dont les résultats définitifs sont attendus courant 2014. Selon les premières observations du Pr Philippe Jaury, qui coordonne l'une de ces études, il serait "efficace dans près de 80% des cas et conduirait à l'abstinence dans 50% des cas". Le Dr Bernard Jousseaume, président de l'association de patients Aubes, a été l'un des premiers généralistes à le prescrire après la parution du livre du Dr Olivier Ameisen, "Le dernier verre", paru en 2008, qui relate comment il est devenu indifférent à l'alcool grâce au Baclofène. Interview. 

Vous vous battez pour le Baclofène depuis des années, êtes-vous satisfait ?

On a obtenu ce que l'on voulait, l'autorisation temporaire d'utilisation du Baclofène sans restriction de la prescription. C'est-à-dire que les généralistes pourront le prescrire, il ne sera pas réservé aux addictologues et aux psychiatres. Tant mieux car l'alcool est dans toutes les familles et les médecins traitants sont en première ligne sur ce sujet. C'est une avancée énorme qui va me permettre de laisser la présidence de Aubes pour me consacrer à une énorme tâche qui est celle d'aider mes confrères à prescrire ce médicament. Il va y avoir beaucoup de demandes. Or, c'est une prescription qui n'est pas commode. Si on colle un patch de Baclofène à la France entière, le médicament agira mais mal. La prescription doit être sous tendue par une volonté absolue du patient de vouloir se soigner de son alcoolisme. Il faut donc motiver les médecins à motiver leurs patients.

Qu'est-ce qui est le plus difficile avec un patient alcoolique ?

De lui opposer le déni de sa maladie. J'ai 250 patients sous Baclofène mais seulement trois appartiennent à ma patientèle habituelle de médecine générale, les autres viennent d'ailleurs. Comme si personne n'avait de problème avec l'alcool dans le petit village où j'exerce. Evidemment non. Mais c'est très difficile de faire accepter aux gens l'idée qu'ils boivent trop et que l'alcoolisme est une maladie. Ils ont l'impression qu'on leur colle une étiquette. Jusqu'ici, il y avait deux écueils : la honte d'être alcoolo et l'absence de traitement autre que la cure et l'abstinence. On va enfin pouvoir leur proposer autre chose. Il faut aider les personnes alcoolo-dépendantes à se soigner comme on aide une personne atsmathique.

Prescrire un médicament suffit-il ?

Souvent non. L'association a toujours déclaré que le Baclofène n'était pas un produit miracle mais une arme supplémentaire dans la lutte contre les dégâts de l'alcool. A côté du médicament, l'accompagnement psychologique, l'entourage familial, le soutien des travailleurs sociaux pour des gens qui ont parfois tout perdu... restent capitales. C'est cela aussi qu'il faut expliquer aux futurs prescripteurs.

A-t-on une idée plus précise de son efficacité aujourd'hui ?

Tant qu'on n'a pas le résultat des études en cours, on ne peut pas répondre. Depuis quatre ans que je prescris du Baclofène, je ne peux parler que de mon expérience et de mes impressions cliniques. J'ai 250 patients sous Baclofène et 70 à 80% de bons résultats. Certains ont arrêté définitivement de boire, d'autres ont considérablement diminué leur consommation, ce que je considère également comme un bon résultat. Nous avons été les pionniers dans la prescription du Baclofène et nous n'interdisons pas l'alcool à nos patients car nous nous sommes aperçus que passer d'une consommation de 20 à 30 verres d'alcool par jour à 2 ou 3 permettait aussi de réduire les risques.

 

84% DES PATIENTS SONT TRAITES AVEC SUCCES

Selon une enquête, réalisée auprès de 1650 personnes alcoolo-dépendantes par l'association Baclofène,  6% ont débuté le traitement en 2008-2009, 61% en 2012. Les généralistes assurent les prescriptions dans 60% des cas. 84% des patients considèrent que le Baclofène est efficace et 16% sont en échec ou ont abandonné à cause notamment des effets indésirables (somnolences, vertiges, etc.). La dose moyenne est de 170 mg/jour, elle diminue au fil du temps. Certains (12%) en prennent moins, d'autres (22%) plus. Parmi ceux qui ont commencé le Baclofène il y a quatre ou cinq ans, 15% l'ont arrêté et ne boivent plus ou normalement.

 

POUR EN SAVOIR PLUS, DEUX ASSOCIATIONS ET UN RESEAU

- Aubes 

- Baclofène

- Résab

 

A LIRE AUSSI :

Vos réactions

Sur le même sujet

Addictions

Les conduites addictives au travail en augmentation

Les conduites addictives au travail ont augmenté ces dernières années, d'où la nécessité d'une prévention et d'un plan d'action dans les entreprises.

Addictions

Un site pour parler des addictions aux jeunes

maad-digital.fr est un site Web d’information scientifique sur les addictions, créé avec et pour les jeunes.

Addictions

L'alcoolisme, un problème de santé publique

L’alcoolisme est responsable de 700 000 nouveaux cas de cancers chaque année dans le monde. C'est un véritable problème de santé publique.

Dans la même rubrique

Jeunes

44 % des étudiants français veulent arrêter de fumer

Préserver sa santé, dépenser moins : les étudiants et lycéens français ont de plus en plus envie d'arrêter de fumer, selon une étude pour la Smerep.

Prévention

La Cour européenne de justice entérine la nouvelle directive sur le tabac

Paquet neutre, cigarettes mentholées interdites, la Cour de justice de l'Union européenne entérine la nouvelle directive sur le tabac.

Santé

Les anti-tabac montent au créneau

40 associations de victimes du tabac interpellent les parlementaires à la veille du vote du Projet de loi de modernisation du système de santé.

Nous suivre