Navigation article

Santé

Autisme : « L'inertie des pouvoirs publics »

Marilyn Perioli
©123RF

Les associations dénoncent le manque de prise en charge des personnes autistes en France, à la vielle de la Journée qui aura lieu le 2 avril.

Mobilisation générale des associations à la veille de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Olivia Cattan, de l'association Sos autisme France, dénonce la très mauvaise prise en charge des soins par les services publics : « Ça nous coûte entre 3 000 et 5 000 euros chaque mois », ajoutant que de nombreuses familles tombent dans la précarité pour assurer la prise en charge de leur enfant.

L'autisme, un trouble méconnu et mal pris en charge

En France, l’autisme reste un trouble méconnu du grand public. Pourtant, 600 000 personnes en seraient atteintes, soit 1 % de la population. La prise en charge, la scolarisation, l'intégration sociale et professionnelle sont très insuffisants malgré un 3e plan autisme lancé en 2013. Quant au diagnostic, il faut attendre entre cinq et dix ans. Les soins dispensés par le psychologue, l'ergothérapeute ne sont pas pris en charge. Seule l'orthophonie est remboursée par l'assurance-maladie.

L'enquête Autisme, la grande enquête, menée ces deux dernières années par Florent Chapel, porte-parole du Collectif autisme, avec l'anthropologue Sophie Le Callenec, montre qu'il y a urgence à agir. 700 places supplémentaires ont été créées en unité d'enseignement en maternelle, soit 175 par an, alors que 8 000 enfants autistes naissent chaque année. D'autre part, en France, expliquent les auteurs, « les psychanalystes dressent un mur entre les autistes et les approches validées partout ailleurs. Malgré les recommandations des plus hautes autorités de santé et au mépris des résultats de toutes les études scientifiques, la plupart des soignants” persistent à considérer ce handicap, pourtant d'origine essentiellement génétique, comme le fait d'une “mauvaise mère” ». Et pourtant, un enfant autiste bien pris en charge peut apprendre et progresser.

Vos réactions

Sur le même sujet

Santé

Perturbateurs endocriniens : définition « trop restrictive » pour le Sénat

Le Sénat juge « trop restrictive » la définition de l'Union européenne sur les perturbateurs endocriniens. Quid des cosmétiques et des plastiques ?

Santé

Bonne année 2017 !

Permettez-moi, au nom de toute l’équipe de Viva magazine, de vous présenter mes vœux les plus sincères de belle et heureuse année.

Santé

M’T Dents est étendu aux jeunes jusqu'à 24 ans

Le dispositif de soins dentaires M'T Dents est étendu aux jeunes jusqu'à 24 ans. Ils bénéficieront d'une consultation gratuite chez le dentiste.

Dans la même rubrique

Alimentation

E171, un additif pas clair

L'additif E171, présent dans les confiseries, chocolats... serait responsable de lésions pré-cancéreuses chez le rat d'après des chercheurs de l'Inra.

Maladies

Plus d'un million de Français grippés

1 061 000 personnes ont déjà consulté leur médecin pour des symptômes grippaux depuis le début de l'épidémie, il y a cinq semaines.

Mode de vie

Prendre trois minutes pour soi

Christophe André, psychiatre nous propose dans son dernier livre, des méditations de 3 minutes nous invitant au calme dans nos vies bien remplies.

Nous suivre