Navigation article

Médicaments

Baisse de la consommation d'anxiolytiques et de somnifères

Marilyn Perioli
©123RF

Malgré la morosité ambiante, on a vendu moins d'anxiolytiques et de somnifères en France en 2015, d'après les chiffres de la Caisse nationale d'assurance-maladie des travailleurs salariés (Cnamts), publiés dans le magazine le Point.

Le magazine le Point s'est procuré les chiffres de la Caisse nationale d'assurance-maladie des travailleurs salariés (Cnamts) sur la consommation d'anxiolytiques et de somnifères. il s'avère que les Français en ont consommé moins en 2015.

Baisse de la consommation de benzodiazépines

La baisse de la consommation pour les trois catégories de médicaments les plus utilisés dans les troubles anxieux concerne les benzodiazépines 1anxiolytiques, dont le nombre de boîtes remboursées par la Sécurité sociale a diminué de plus de 700 000 boîtes l'an dernier, soit une baisse de 1,4 % (48,9 millions de boîtes remboursées en 2015 contre 49,6 en 2014).

Pour les benzodiazépines hypnotiques (essentiellement des somnifères), en 2014, on a vendu 6,7 millions de boîtes alors qu'en 2015 on en a vendu 6,5 millions soit une baisse de 3,26 %. Seuls les antidépresseurs ont été légèrement plus consommés en 2015, avec un nombre de boîtes remboursées en hausse de 0,67 %.

Comment s'explique la baisse ?

La baisse du taux de remboursement des somnifères est une des explications. En effet, depuis le 1er décembre 2014, le taux est passé de 65% à 15% en raison d'un « intérêt thérapeutique limité » dans l'insomnie, avait précisé la Haute autorité de santé (Has).

D'autre part, les messages des autorités sanitaires sur l'utilisation systématique, les effets secondaires... ont certainement aussi porté leurs fruits. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) avait publié un rapport faisant un état des lieux sur la consommation de benzodiazépines, en 2013. Ce dernier confirmait une prescription importante de ces molécules et pour une durée souvent trop longue.

L'Agence préconisait « un nouveau plan d’actions courant 2014 pour mieux encadrer ces prescriptions de benzodiazépines et mieux informer professionnels de santé et patients sur leurs risques afin de prévenir la banalisation de leur recours ».

 

  • 1. Les benzodiazépines sont des molécules qui agissent sur le système nerveux central et qui possèdent des propriétés anxiolytiques, hypnotiques, myorelaxantes et anticonvulsivantes.

Vos réactions

Sur le même sujet

Médicaments

On consomme trop d'antibiotiques

En France, on prescrit encore trop d'antibiotiques, surtout en médecine de ville. Or, entre 30 et 50 % des prescriptions sont inutiles.

Médicaments

Nouveaux médicaments : les associations de patients pourront donner leur avis

Dès le 21 novembre, les associations de patients pourront donner leur avis sur les nouveaux traitements sur le site de la Haute Autorité de santé.

Médicaments

Une campagne sur les génériques

La campagne a débuté le 28 septembre à la télévision, à la radio et dans la presse. Elle vise à combler le retard français dans ce domaine.

Dans la même rubrique

Femmes

Ivg médicamenteuse : mieux accompagner la patiente

Une enquête sur l'Ivg médicamenteuse révèle que la prise en charge de la douleur et l'accompagnement de la patiente par les soignants sont essentiels.

Scandales sanitaires

Les victimes de médicaments réclament un fonds global

Après l'annonce de la création d'un fonds d'indemnisation pour la Dépakine, sept associations de victimes de médicaments réclament un fonds global.

Scandales sanitaires

Dépakine : création d'un fonds d'indemnisation

L'Assemblée nationale a donné son feu vert pour indemniser les victimes de la Dépakine par l'intermédiaire d'un fonds d'indemnisation.

Nous suivre