Navigation article

Travail

Cancers professionnels : de 5 000 à 10 000 cas par an

Brigitte Bègue
Travail toxique cancer
© Stephane AUDRAS/REA

Visiblement, le scandale de l'amiante n'a pas suffit. Selon les derniers chiffres de l'Institut national de veille sanitaire (Invs), publié dans le mensuel Santé & Travail, chaque année, entre 5000 et 10 000 cancers auraient une origine professionnelle.

« Si la catastrophe sanitaire de l'amiante a fait progresser la réglementation, l'urgence d'une amélioration de la prévention et de la réparation pour les autres cancérogènes demeure toujours d'actualité », souligne le magazine.

En 2010, l’enquête Sumer (Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels) indiquait pourtant que 16  % des hommes étaient exposés à au moins un cancérigène au travail et 7  % à trois.

2 millions de salariés exposés

Mais le déni reste de mise : on attribue plus souvent la mortalité par cancer des ouvriers à leurs comportements individuels, notamment le tabagisme, mais rarement à leur exposition à des substances chimiques.

Pour Annie Thébaud-Mony, sociologue du travail et directrice de recherche honoraire à l’Inserm, il s'agit d'une « invisibilité construite », autrement dit voulue. Résultat : seuls 0,5  % des cancers sont attribués au travail, et la majorité concernent l’amiante. «  C’est l’arbre qui cache la forêt  », selon la chercheuse.

Particules diesel, silice, ciment...

Aujourd'hui, au moins 2 millions de salariés sont exposés à des produits chimiques, des jeunes pour la plupart, embauchés en contrat précaire dans la maintenance ou le bâtiment. Les particules diesel et les huiles entières sont les cancérigènes les plus fréquents dans l'atmosphère et sur les lieux de travail.

Selon le mensuel, sur les 355 000 nouveaux cas de cancer qui se sont déclarés en 2012, 2 à 9 % des cancers du larynx et du poumon chez les hommes seraient attribuables à des expositions professionnelles, notamment à la silice. Entre 260 et 660 cas de cancers du rein seraient liés au trichloréthylène, 260 à 660 cas des voies aérodigestives seraient imputables au ciment. Le ciment pourrait être responsable de 2 à 28 % des leucémies.

L'amiante tue toujours

Des soupçons commencent également à peser sur les nanomatériaux.

L'amiante continue de provoquer 3 600 à 4 700 cancers par an. Et les responsables n'ont toujours pas été punis.

Vos commentaires

Les cancers professionnels entrainent un taux de mortalité supérieur à celui causé par les accidents du travail et à celui causé par toutes les autres maladies professionnelles , d'où la nécessité de mesures de prévention à la hauteur du risque : voir : La prévention des cancers professionnels : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-...

Sur le même sujet

Travail

Harcèlement moral : bientôt le procès de France Télécom ?

Harcèlement moral à grande échelle, suicides… 7 dirigeants de France Télécom, dont l'ex-patron Didier Lombard, sont menacés de poursuites judiciaires.

Travail

Le compte pénibilité entre pleinement en application

Depuis le 1er juillet, le compte pénibilité est entré entièrement en application avec six nouveaux risques pris en compte.

Travail

Le travail de nuit n'est pas sans risque pour la santé

Cancers, hypertension, troubles mentaux..., depuis 2007 déjà les études le prouvent : le travail de nuit est mauvais pour la santé des travailleurs.

Dans la même rubrique

Santé

Prévenir les Tms est un enjeu social et économique

Les troubles musculo-squelettiques coûtent 1 milliard d'euros par an aux entreprises. Ils sont la première cause de maladie professionnelle reconnue.

Santé

« Le stress au travail : un défi collectif »

Le stress au travail sera le thème principal de la Journée mondiale consacrée à la santé au travail, qui a lieu le 28 avril.

Mutualité

Mutuelle d'entreprise : ce qu'il faut savoir

La complémentaire santé en entreprise est devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2016. Précisions.

Nous suivre