Navigation article

Maladies

Connaissez-vous l'endométriose ?

Au moins deux millions de Françaises souffrent d'endométriose, cette maladie de l'utérus très douloureuse et mal connue. Une campagne d'information démarre mardi 8 mars.

« Les règles, c'est naturel, pas la douleur » est le message principal de la campagne nationale lancée le mardi 8 mars par l'association Endomind. Car souffrir de façon chronique au moment des règles n’est pas normal et la douleur est parfois le symptôme de l’endométriose, maladie de l’utérus dont souffre plus d’une femme sur dix, souvent en silence. 

Une maladie méconnue

Très douloureuse, notamment au moment des règles l'endométriose, cette maladie gynécologique, est aussi mal diagnostiquée. Selon l'Inserm, elle se caractérise par la présence de tissu utérin (ou tissu endométrial) en dehors de la cavité utérine. Cette localisation anormale (dite « ectopique ») se manifeste par des lésions composées de cellules qui possèdent les mêmes caractéristiques que celles de la muqueuse utérine (l'endomètre) et se comportent comme elles sous l'influence des hormones ovariennes.

40 % des femmes qui souffrent de douleurs chroniques pelviennes, en particulier au moment des règles, sont atteintes d’endométriose, constate l’Inserm. La douleur peut également se manifester lors des rapports sexuels, au moment de la défécation ou de la miction. La maladie peut avoir des conséquences sur la fertilité. D'ailleurs, l'endométriose peut être découverte par hasard alors que la patiente consulte en raison d’une difficulté à concevoir un enfant.

Pour plus d'informations sur la maladie, la 12e semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose se tiendra du 07 au 13 mars 2016.

A VOIR : Endométriose, une maladie qui sort de l'ombre, documentaire de Claire Chognot, diffusé sur France 5 le 8 mars à 15h10

Mais aussi en replay sur pluzz.fr.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Alimentation

Vive l'olive

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction