Navigation article

Prévention

Connaissez-vous la « notoxic attitude » ?

Marilyn Perioli
123RF

Les produits chimiques ont envahi notre environnement quotidien. Comment prévenir leurs impacts 
négatifs sur notre santé et agir pour la préserver ?

Les substances chimiques sont présents dans de nombreux produits de notre quotidien : contenants alimentaires, cosmétiques, mais aussi jouets et textiles. Elles peuvent agir de façon négative notre santé au quotidien.

La « notoxic attitude »

Nous pouvons difficilement supprimer toutes les substances chimiques de notre quotidien, mais nous pouvons agir pour limiter les risques d'exposition en choisissant le bon geste pour protéger notre santé, surtout à des périodes clés de la vie comme la grossesse, l'enfance, l'adolescence : c'est la « notoxic attitude », comme l'explique Catherine Louis, conseil en santé environnementale, qui a inventé le concept.

Pour apprendre à se protéger des substances nuisibles à notre santé, la Mutuelle Mieux-être en partenariat avec Wecf, organise des ateliers de prévention. D'une durée de deux heures, individuels ou en groupe, ils s'adressent à tout le monde (adhérents et non adhérents de la mutuelle) et peuvent se dérouler à domicile, auprès des professionnels de santé, des collectivités, des associaitons, des entreprises... Sur un mode ludique, le participant passe en revue chacun des articles de la vie quotidienne : produits ménagers, alimentaires, d'hygiène et de beauté, casseroles, jouets, textiles, bricolage... et donne son avis sur leur dangerosité à l'aide de pastilles colorées : rouge : très dangereux pour la santé, vert : tout va bien, jaune : ne sait pas. Des conseillers répondent à toutes les interrogations et dispensent leurs conseils pour protéger notre santé et l'environnement.

La chasse aux produits toxiques

Tous les contenants peuvent abriter des ingrédients nocifs. C'est le contact répété qui pose problème.

Parmi les produits alimentaires, 60 Millions de consommateurs avait pointé du doigt, dans un numéro de 2013, le colorant caramel E150D, classé « cancérigène possible » par le Centre international de recherche sur le cancer, le sulfite de sodium (E221), les colorants azoïques et l’antioxydant Bha.

Les produits cosmétiques sont également sur la sellette avec encore de trop fortes concentration de parabens, du triclosan et du phénoxyéthanol, dont les effets à long terme sont encore inconnus et seraient susceptibles de modifier le fonctionnement normal du système hormonal.

Enfin, les produits ménagers peuvent être très dangereux, même de bons vieux produits comme la javel.

Sinon, préférez des contenants en verre, inox, porcelaine, des produits non transformés frais, locaux et sans emballages ou labellisés AB.

Pour les femmes enceintes, les enfants et les adolescents, il est recommandé de limiter les parfums et fragrances, source importante d'allergies par contact, les vêtements qui contiennent du formaldéhyde.

Pour plus de renseignements : Mutuelle Mieux-être, « notoxic attitude », Wecf.

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Prévention

Comment se protéger du froid ?

Le froid s'installe en France. Même s'il est normal d'avoir froid en cette saison, voici quelques conseils pour s'en protéger.

Prévention

La gastro est déjà là

Présente normalement en janvier, la gastro s'est invitée dès le mois octobre. Les conseils pour l'éviter.

Prévention

Vaccination contre la grippe, pensez au pharmacien

Les pharmaciens pourront vacciner les adultes contre la grippe. Les autorités sanitaires espèrent ainsi une meilleure couverture vaccinale.

Dans la même rubrique

Maladies

Les infections sexuellement transmissibles en augmentation en France

Les infections sexuellement transmissibles (Ist) sont en augmentation en France. Le dépistage précoce est indispensable pour traiter efficacement.

Vaccination

Vers une vaccination obligatoire ?

Le comité d'orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination préconise de rendre obligatoires les vaccins recommandés, soit 11 maladies.

Femmes

Ivg : les députés votent la pénalisation des sites Internet faisant de la désinformation

Le débat fut rude à l'assemblée jeudi 1er décembre où finalement les députés votèrent la pénalisation de sites faisant de la désinformation sur l'Ivg.

Nous suivre