Navigation article

Environnement

En vacances, soyez un éco-citoyen

Marilyn Perioli
©123 RF

L’Organisation des nations unies a proclamé 2017 Année internationale du tourisme durable. Alors, cette année, choisissez d’allier vacances et respect de l’environnement.

Ces paysages de rêve que vous aimez retrouver quand vous partez en vacances, préservez-les pour les générations futures.

Comment s’y prendre ?

Règle numéro un : privilégier les modes de transport les moins polluants, comme le train, surtout pour les courtes distances.
L’avion est le moyen de transport le plus polluant par kilomètre effectué.

Sur votre lieu de séjour, déplacez-vous à vélo ou à pied. Côté logement, il existe plusieurs écolabels, comme le label écologique européen, adoptés par de plus en plus d’établissements en France et en Europe, ou encore la Clef verte, qui propose environ 600 hébergements et restaurants engagés dans une démarche responsable, sur tout le territoire français.

Et, partout dans le monde, de grands groupes hôteliers participent à un tourisme plus durable : tri des déchets, achat de produits locaux pour la restauration, incitations à économiser l’eau...

Préserver les éco-systèmes

D’après les estimations de la campagne nationale de prévention des déchets sauvages Vacances propres, ce type de déchets (mégots, emballages, chewing-gums...) représentent plus de 80 000 tonnes chaque année en France, dont 1 300 sur les plages et 6 400 dans les cours d’eau. Sachant qu’un chewing-gum met cinq ans avant de se dégrader et un mégot,
un à deux ans…

Pensez donc à utiliser les poubelles disponibles sur place ou à rapporter chez vous vos déchets pour les jeter… proprement. Si vous êtes non fumeur, sachez que certaines municipalités ont créé des plages sans tabac labellisées par la Ligue contre le cancer. Nice est la première à avoir adopté le label en 2011.

La montagne est un éco-système fragile. Utilisez les nombreux sentiers balisés par
les bénévoles de la Fédération française de la randonnée pédestre. Ils ont été conçus pour garantir votre sécurité mais aussi pour protéger la nature. Si vous voyagez
à l’étranger, sachez que les articles fabriqués en ivoire ou en écailles de tortue marine sont strictement interdits à l’importation en Europe afin de ne pas favoriser le commerce d’espèces en voie de disparition. Il est déconseillé de rapporter du corail, des coquillages, des étoiles de mer, des hippocampes... ce qui détruirait leur habitat et menacerait leur survie.
Enfin, utiliser une crème solaire bio permet d’éviter le déversement de produits chimiques dans l’eau.

À LIRE
Le Scénario zéro waste,
éd. Rue de l’Echiquier, 10 €.

Vos réactions

Sur le même sujet

Environnement

L'Europe adopte une définition pour les perturbateurs endocriniens

La Commission européenne adopte une définition sur les perturbateurs endocriniens qui ne satisfait pas les associations de défense de l'environnement.

Environnement

Perturbateurs endocriniens : nos enfants contaminés

Bisphénol A, phtalates, pesticides… une étude de 60 Millions de consommateurs alerte.

Environnement

Les compteurs Linky sont-ils dangereux pour la santé ?

Le déploiement national du compteur nouvelle génération d'Erdf a démarré. Particuliers, associations et communes craignent les dangers pour la santé.

Dans la même rubrique

Maladies

Maladie de Lyme : prudence lors des balades

La maladie de Lyme est transmise par les tiques présentes dans les forêts, les champs... Lors de vos balades cet été, des précautions sont à prendre.

Enfants

Pollution : elle tue les jeunes enfants

Plus d'un quart des décès d'enfants de moins de cinq ans sont attribuables à la pollution de l'environnement, intérieure et extérieure, d'après l'Oms.

Santé

Perturbateurs endocriniens : définition « trop restrictive » pour le Sénat

Le Sénat juge « trop restrictive » la définition de l'Union européenne sur les perturbateurs endocriniens. Quid des cosmétiques et des plastiques ?

Nous suivre