Navigation article

Environnement

Faut-il mettre de la crème solaire en hiver ?

Anne-Marie Thomazeau

Dans certains pays, comme au Japon, pas question pour les femmes de sortir sans crème anti-UV, que le soleil brille ou qu'il pleuve des cordes.

En France, cet usage n'est pas dans les mœurs. Les Français utilisent déjà peu, ou mal, leur crème solaire sur les pistes de ski ensoleillées ou sur la plage en plein caniard. Ils n'en mettent pas assez, oublient d'en réappliquer toutes les deux heures ou en sortant de l'eau. Des efforts ce niveau restent à faire. Mais faut-il également « se crémer » avant de partir au bureau au mois de janvier à Paris ?

Il faut bien sûr raison garder. Si vous quittez votre maison à la nuit et rentrez après le coucher du soleil, vous ne prenez pas grand risque. En revanche, si vous devez passer deux heures à l'air libre, il est conseillé de se protéger des UV (responsables de cancers de la peau et de son vieillissement) surtout entre 12 heures et 14 heures. Plus encore si vous habitez une région du sud de la France où la luminosité est forte et si votre peau est claire. Selon une étude réalisé par le Pr Antony Young du Kings College London*, ne pas utiliser de crème, même lorsque l'exposition solaire est faible, provoque des altérations cellulaires profondes et plus importantes que lorsqu'on utilise une crème sur une piste de ski... De quoi faire réfléchir.

Les dermatologues estiment, cependant, qu'en général, l'hiver, un indice 15 suffit. Il protège la peau tout en laissant passer certains UV nécessaires à la production de la mélanine. Celle-ci protège la peau agressée par les radiations solaires en générant un bronzage plus ou moins intense. Le soleil sur la peau, en proportion légère, permet aussi la synthèse de la vitamine D nécessaire à notre santé.

* Enquête réalisée en 2015 (King's Collège London/Eau thermale Avène).

Vos réactions

Sur le même sujet

Environnement

La pollution tue 48 000 personnes chaque année

Ces chiffres inquiétants ont été annoncés aujourd'hui par la toute nouvelleagence Santé publique France.

Environnement

Substances toxiques : les gynécologues tirent la sonnette d'alarme

Perturbateurs endocriniens, pesticides, substances toxiques… la Fédération internationale des gynécoloques et obstétriciens lance un appel.

Des biberons sans bisphénol A
Environnement

Des médecins en campagne contre les perturbateurs endocriniens

Ils veulent alerter en priorite les femmes enceintes contre les risques de ces molécules pour le foetus

Dans la même rubrique

Santé

Avc : la pollution de l'air en cause

La pollution fait partie des 10 facteurs de risque principaux d'accident vasculaire cérébral (Avc) dans le monde, selon une étude internationale.

Allergies

Vive le printemps, gare aux allergies !

Nous attendons tous le printemps avec impatience. Mais pour certains, nez qui coule, éternuements, c'est aussi le début des allergies.

Droits

Création du chèque énergie

Pour aider les familles en situation de précarité, la loi crée le « chèque énergie », un titre spécial de paiement.

Nous suivre