Navigation article

Cancer

Frottis : c'est tous les trois ans

Anne-Marie Thomazeau
©Patrick ALLARD/REA

L'Institut national du cancer lance, à partir du 22 janvier, une nouvelle campagne d'information sur le dépistage du cancer du col de l'utérus. Des spots radios viendront rappeller que le frottis doit être réalisé tous les trois ans de 25 à 65 ans.

Aujourd'hui, le frottis est l'une des armes les plus efficaces contre le cancer du col de l'utérus. Or, 40 % des femmes ne font pas de frottis régulièrement. Pourtant, détecté à un stade précoce, le cancer du col de l'utérus peut non seulement être guéri dans plus de 90 % des cas mais aussi être soigné par des traitements moins agressifs entraînant moins de séquelles. 

Le cancer du col de l'utérus concerne 3000 nouvelles femmes chaque année. 1100 en meurent. 

Vos réactions

Sur le même sujet

Cancer

L'aidant familial, pilier incontournable pour le malade

1 Français sur 10 aiderait un proche malade, d'après la Ligue contre le cancer. 62 % d'entre eux travaillent et 12 % sont obligés de s'endetter.

Cancer

Cancer : des traitements innovants mais de plus en plus chers

Le coût des traitements contre le cancer dans le monde a connu un bond de 11,5 % par rapport à 2014.

Cancer

Cancer de la peau : faites-vous dépister !

La journée de dépistage du 26 mai s'adresse à tous et particulièrement à ceux qui sont exposés aux rayonnements UV dans leur travail ou leurs loisirs.

Dans la même rubrique

Médicaments

Coût exorbitant des traitements contre le cancer : une pétition est lancée

La pétition « Maîtriser les prix des médicaments contre le cancer : une urgence sanitaire et économique » a été signée par 110 cancérologues.

Solidarité

Jolie lingerie pour les victimes du cancer du sein

L'assocation Belles dessous propose de recycler des soutiens-gorge pour les femmes victimes d'un cancer du sein.

Prévention

Prévention et dépistage des cancers : des progrès à faire

La recherche avance en cancérologie. Pourtant, la prévention et le dépistage pèchent encore en France. Interview du Pr François Sigaux, de l'Inca.

Nous suivre