Navigation article

Famille

Gpa : deux parents légaux sont désormais possibles pour les enfants nés à l'étranger

Marilyn Perioli
©123 RF

Les enfants nés d'une gestation pour autrui (Gpa) à l'étranger (c'est interdit en France) pourront être adoptés par le conjoint du père biologique. La Cour de cassation vient de lui reconnaître ce droit.

Le sujet de la gestation pour autrui (Gpa) est délicat : humainement et juridiquement. En effet, cette pratique est interdite en France mais pour les parents qui y ont recours à l'étranger, c'est un véritable casse-tête du point de vue de la filiation.

Gpa : des avancées

Les parents d'enfants nés à l'étranger d'une mère porteuse avaient déjà remporté une petite victoire en 2015. A l'époque, la Cour de cassation avait reconnu pour la première fois le 3 juillet les pères « biologiques » d'enfants nés de Gpa en Russie. Mercredi 5 juillet 2017, la Cour est allée un peu plus loin. Elle a jugé qu'un enfant né d'une mère porteuse à l'étranger pouvait être adopté par le conjoint de son père biologique, et donc se voir reconnaître légalement deux parents en France.

Concrètement, la Cour avait à examiner le cas d'un couple d'homosexuels élevant un enfant né d'une mère porteuse en Californie. Le père biologique est reconnu en France (depuis 2015), mais ce n'est pas le cas de son conjoint, qui a formulé une demande d'adoption, sans succès. La Cour lui reconnaît donc désormais le droit de faire une demande d'adoption « simple », qui ne gomme pas l'origine de l'enfant, à la différence de l'adoption dite « pleinière ».

C'est une avancée, mais attention, la Cour a cependant refusé de transcrire en droit français les actes de naissance délivrés à l'étranger qui donnent d'emblée pour parents à l'enfant les deux membres du couple ayant eu recours à la Gpa. C'est le cas de ce couple hétérosexuel, qui demandait lui, la transcription pure et simple en France de l'état-civil établi en Ukraine pour ses jumelles, nées d'une Gpa, sans devoir passer par une procédure d'adoption.

Cet acte de naissance ukrainien porte le nom des deux parents français, sans mentionner la mère porteuse. Selon la Cour de cassation, cela rend « impossible » sa transcription pure et simple. De toutes façons, en droit français, la mère est la femme qui accouche. L'acte de naissance ukrainien est donc, au regard de la loi française, nul et non avenu et ne peut pas être retranscrit.

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Famille

Sur la route des vacances, on roule cool

La vitesse est souvent la cause de nombreux accidents surtout sur la route des vacances.

Famille

La prime de Noël est reconduite

Marisol Touraine reconduit la prime de Noël pour les familles aux revenus modestes. Plus de 2 millions de foyers sont concernés.

Famille

Sept pères sur dix prennent le congé paternité

Ce congé accordé aux pères, né en 2002, est aujourd'hui largement utilisé.

Dans la même rubrique

Environnement

En vacances, soyez un éco-citoyen

L’Organisation des nations unies a proclamé 2017 Année internationale du tourisme durable. Comment allier vacances et respect de l’environnement ?

Enfants

Violences faites aux enfants : tolérance zéro

La ministre des Familles, Laurence Rossignol, lance un plan pour « Sortir les violences faites aux enfants de l’invisible et de l’indicible ».

Droits

Directives anticipées, pensez-y

Une directive anticipée est un document par lequel vous déterminez votre volonté relative aux soins médicaux que vous seriez amené à recevoir.

Nous suivre