Navigation article

Santé

Hausse des infarctus chez les femmes jeunes

Marilyn Perioli
©123RF

La dernière étude de l'Institut national de veille sanitaire (Invs) révèle une augmentation des infarctus chez les femmes de 45-54 ans, due notamment au tabagisme.

L'infarctus du myocarde (Idm), communément appelé crise cardiaque, n'est pas l'apanage des hommes. La dernière étude de l'Institut national de veille sanitaire (Invs), parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (Beh), note qu'une augmentation du taux de femmes de moins de 65 ans hospitalisées pour Idm a été observée entre 2008 et 2013, particulièrement chez les 45-54 ans (+4,8 % par an). Cette évolution était moins marquée chez les hommes. 

Pourquoi une telle hausse ?

« Les femmes doivent absolument se sortir de la culture sociétale qui veut qu'elles soient protégées de l'infarctus du myocarde jusqu'à la ménopause, grâce à leurs hormones », explique la Pr Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération française de cardiologie.

En effet, les femmes adoptent aujourd'hui les mêmes comportements à risque que les hommes et ne sont donc plus à l'abri. Notamment le tabagisme « pour lequel des mesures préventives supplémentaires pourraient être développées », suggère l'Invs. L'association tabac-pilule, chez les femmes de plus de 35 ans, est redoutable. « Après 40 ans, de manière générale, je déconseille les contraceptifs œstroprogestatifs », précise la Pr Claire Mounier-Vehier.

Informer les femmes

Au-delà de leurs modes de vie, tabagisme mais aussi stress, sédentarité, mauvaises habitudes alimentaires et plus récemment alcoolisme, les femmes connaissent également des symptômes atypiques de l'infactus : nausées, palpitations, fatigue, douleur au mlieu du dos... des signes qui peuvent se confondre à tort avec une crise d'anxiété. D'autre part, le dépistage, pour elles, est trop tardif ou incomplet et il y a une insuffisance de prescription des traitements médicamenteux.

« Il est nécessaire d'engager rapidement des actions marquantes d'information auprès des femmes et des professionnels de santé insiste Claire Mounier-Véhier. Il est urgent d'agir de façon plus drastique sur l'hygiène de vie et sur les comportements addictifs (tabac, cannabis, alcool), tout aussi délétères pour le cœur et le cerveau.»

 

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Santé

Cancers de la thyroïde : épidémie ou surdiagnostic ?

La recrudescence des cancers de la thyroïde serait due à un surdiagnostic, d'après une étude du Centre international de recherche contre le cancer.

Santé

Les pouvoirs insoupçonnés de notre ventre

Considéré comme notre deuxième cerveau, le ventre, constitué de millions de neurones et de milliards de bactéries, n’a pas fini de nous étonner…

Santé

Faux ongles : attention danger

L'Agence de sécurité du médicament met en garde sur la pose de faux ongles, une pratique qui n'est pas sans risques.

Dans la même rubrique

Environnement

Pollution : la planète suffoque

92 % de la population mondiale vit dans des régions où les niveaux de pollution dépassent les seuils fixés par l’Organisation mondiale de la santé.

Hôpital

Grève des praticiens hospitaliers

Les hospitaliers étaient en grève le 26 septembre. En cause : le temps de travail trop élevé et des carrières non revalorisées.

Maladies

Mucoviscidose : « Respirer aujourd'hui, guérir demain »

On ne guérit toujours pas la mucoviscidose et les 32e Virades de l'espoir (25 septembre) rappellent que le financement de la recherche est primordial.

Nous suivre