Navigation article

Santé

Hausse des infarctus chez les femmes jeunes

Marilyn Perioli
©123RF

La dernière étude de l'Institut national de veille sanitaire (Invs) révèle une augmentation des infarctus chez les femmes de 45-54 ans, due notamment au tabagisme.

L'infarctus du myocarde (Idm), communément appelé crise cardiaque, n'est pas l'apanage des hommes. La dernière étude de l'Institut national de veille sanitaire (Invs), parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (Beh), note qu'une augmentation du taux de femmes de moins de 65 ans hospitalisées pour Idm a été observée entre 2008 et 2013, particulièrement chez les 45-54 ans (+4,8 % par an). Cette évolution était moins marquée chez les hommes. 

Pourquoi une telle hausse ?

« Les femmes doivent absolument se sortir de la culture sociétale qui veut qu'elles soient protégées de l'infarctus du myocarde jusqu'à la ménopause, grâce à leurs hormones », explique la Pr Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération française de cardiologie.

En effet, les femmes adoptent aujourd'hui les mêmes comportements à risque que les hommes et ne sont donc plus à l'abri. Notamment le tabagisme « pour lequel des mesures préventives supplémentaires pourraient être développées », suggère l'Invs. L'association tabac-pilule, chez les femmes de plus de 35 ans, est redoutable. « Après 40 ans, de manière générale, je déconseille les contraceptifs œstroprogestatifs », précise la Pr Claire Mounier-Vehier.

Informer les femmes

Au-delà de leurs modes de vie, tabagisme mais aussi stress, sédentarité, mauvaises habitudes alimentaires et plus récemment alcoolisme, les femmes connaissent également des symptômes atypiques de l'infactus : nausées, palpitations, fatigue, douleur au mlieu du dos... des signes qui peuvent se confondre à tort avec une crise d'anxiété. D'autre part, le dépistage, pour elles, est trop tardif ou incomplet et il y a une insuffisance de prescription des traitements médicamenteux.

« Il est nécessaire d'engager rapidement des actions marquantes d'information auprès des femmes et des professionnels de santé insiste Claire Mounier-Véhier. Il est urgent d'agir de façon plus drastique sur l'hygiène de vie et sur les comportements addictifs (tabac, cannabis, alcool), tout aussi délétères pour le cœur et le cerveau.»

 

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Santé

Lutte contre les décès évitables : la France en tête des pays européens

La France est en tête des pays européens dans la lutte contre les décès évitables, en particulier dans la prise en charge des crises cardiaques.

Santé

Hépatite C : le traitement pour tous les malades

Tous les malades pourront bénéficier de traitement innovant contre l'hépatite C, annonce Marisol Touraine, pour la Journée des hépatites, le 25 mai.

Santé

Lutter contre l'antibiorésistance

En 2050, l'antibiorésistance devrait faire 10 millions de victimes  par an dans le monde, d'après un rapport britannique.

Dans la même rubrique

Hôpital

Découvrir l'hôpital autrement

Les hôpitaux de Paris ouvrent leurs portes au public les vendredi 27 et samedi 28 mai. Au programme : visites guidées, conférences gratuites...

Maladies

Mieux connaître la sclérose en plaques

100 000 personnes en France sont atteintes de sclérose en plaques, cette maladie neurologique évolutive. Les trois quarts sont des femmes.

Prévention

Paquet de cigarettes neutre, c'est parti !

Aujourd'hui, les industriels du tabac ne peuvent plus fabriquer les anciens paquets de cigarettes. Dès janvier 2017, le paquet neutre sera généralisé.

Nous suivre