Navigation article

Audition-vision

Journal de ma nouvelle oreille ou la renaissance au monde sonore

Marilyn Perioli
©Théâtre du Rond-Point

C'est l'histoire d'une jeune fille de 14 ans qui soudainement perd une partie de son audition à la suite d'une sinusite. On ne saura jamais pourquoi... Disparues les cellules ! Vingt ans plus tard, Isabelle Fruchart décide de s'appareiller, ça on sait pourquoi ! Elle le raconte dans une très belle pièce écrite par elle, mise en scène par Zabou Breitman et jouée actuellement au théâtre du Rond Point.

"Tu ne peux pas être sourde, je suis ton médecin, je t'ai vue naître !" lui assène son généraliste lorsqu'elle passe un examen à la suite de problèmes Orl récurrents. Alors, Isabelle s'adapte. A l'école, elle copie sur une voisine compréhensive, elle guette par le trou de la serrure ses amis venus dîner chez elle, de peur de ne pas entendre la sonnette, et avec ses amoureux... elle s'arrange. Elle triche, elle ment, elle est sourde à sa surdité.

Pourtant elle cherche pour tenter de comprendre ce qui lui arrive. Elle remonte même l'arbre généalogique. Il y a bien cette aïeule qui a perdu deux fois l'ouie : une fois son frère, Louis puis son mari, Louis aussi....

Mais les frustrations, l’isolement, l’immense fatigue d’une concentration hors du commun pour entendre les autres, ont eu raison de sa force morale.

Elle finit par se faire diagnostiquer et appareiller ensuite. « J’étais épuisée de faire tant d’efforts pour comprendre les autres. »

Les progrès du numérique

À 37 ans, la jeune femme décide de se faire appareiller, grâce aux progrès du numérique. "J’ai les mains moites, le coeur battant. Je ne sais pas à quoi m’attendre." raconte-t-elle avec humour. Le spectacle nous fait découvrir pas à pas ses sensations, sa nouvelle écoute du monde et d’elle-même. Elle nous livre la redécouverte des sons de la pluie, des paroles de chansons, des papiers qu’on froisse, des violons, des feuilletons radios, des chuchotements de l’amour, de l’eau sur la vaisselle, elle nous raconte ses progrès et ses déceptions, jour après jour, à travers les pages de son journal. « Je vais enfin pouvoir m’écouter. C’est la première chose que je me dis.»

C'est une histoire belle et triste à la fois, jouée par une comédienne sensible et attachante, un texte sans concession, bref à voir, et surtout à entendre.

La surdité touche en France cinq millions de personnes, deux millions ont moins de 55 ans.

Le Journal de ma nouvelle oreille, texte et interprétation d'Isabelle Fruchart, mis en scène par Zabou Breitman. Jusqu'au 4 juillet.

Renseignements sur le site du théâtre du Rond-Point.

Vos réactions

Sur le même sujet

Audition-vision

Fête de la musique : attention les oreilles !

Le 21 juin, comment faire la fête sans abîmer ses oreilles ? Les professionnels de l'audition lancent un message de prévention à travers une mini BD.

Audition-vision

Glaucome : un bus pour un dépistage gratuit

Connaissez-vous le glaucome, cette maladie oculaire silencieuse et non douloureuse ? Un bus équipé pour le dépistage parcourt la France.

Audition-vision

Baladeurs, smartphones : attention aux oreilles !

La Journée nationale de l'audition, le 9 mars, met l'accent sur les effets néfastes des téléphones portables et des baladeurs sur la santé auditive.

Dans la même rubrique

Santé

Les Français ne s’entendent plus

Pour 9 Français sur 10, le bruit représente un véritable enjeu de société. Plus grave, il aurait aussi des effets directs sur notre santé.

Seniors

Le déclin cognitif a un lien avec le déclin auditif, chez la personne âgée

D'après une enquête de l'Inserm, le déclin cognitif est plus important chez les seniors malentendants qui ne portent pas d'appareil auditif.

En Tandem pour la vue.
Solidarité

« Je te prête mes yeux, nous avançons ensemble »

Retina France organise du 6 au 10 septembre sa 8e randonnée à vélo en tandem avec un pilote voyant et un équipier déficient visuel.

Nous suivre