Navigation article

Scandales sanitaires

La Dépakine a entraîné au moins 450 malformations congénitales

Anne-Marie Thomazeau
©Patrick ALLARD/REA

Le valproate de sodium, un médicament indispensable dans le traitement de l'épilepsie, a provoqué au moins 450 malformations congénitales chez des bébés exposés in utero en France, selon un rapport qui critique le « manque de réactivité » des autorités sanitaires et du laboratoire Sanofi.

La prise de l’anti-épiléptique valproate de sodium par des femmes enceintes a entraîné au moins 450 malformations congénitales à la naissance, selon une estimation publiée mardi 23 février, par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas).

Commandé par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, le rapport de l'Igas évalue « entre 425 et 450 le nombre de cas de naissances d'enfants vivants ou mort-nés exposés in utero au valproate entre 2006 et 2014 qui sont porteurs de malformations congénitales ». 

Le valproate présent dans plusieurs spécialités pharmaceutiques, dont l'anti-épileptique Dépakine. peut entraîner des retards intellectuels et des cas d'autisme. Les malformations touchent principalement le cœur, les reins, les membres, la colonne vertébrale (spina bifida). Certains enfants sont aussi atteints de becs-de-lièvre.

Dans son rapport, l’Igas dénonce l’« inertie » des autorités sanitaires françaises et du laboratoire Sanofi, qui commercialise le produit dans plus de 120 pays.

Incontournable pour certains patients atteints d'épilepsie, mais également utilisé pour traiter les troubles bipolaires, le valproate de sodium ne doit plus désormais être prescrit aux filles et aux femmes en âge de procréer, ni aux femmes enceintes « sauf en cas d'inefficacité ou d'intolérance aux alternatives médicamenteuses ».

Si les autorités ne pensent pas pour l'instant l'interdire, le ministère de la Santé envisagerait la mise en place d’un fonds d’indemnisation pour les victimes, comme pour le Mediator.

 

 

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Scandales sanitaires

Dépakine : des mesures pour aider les victimes

Le ministère de la Santé annonce des mesures pour les victimes de la Dépakine, cet antiépileptique à hauts risques pour les femmes enceintes.

Scandales sanitaires

La Dépakine, nouveau scandale sanitaire ?

Selon le Canard enchaîné, entre 2007 et 2014, des femmes enceintes ont pris de la Dépakine, dont les effets néfastes étaient pourtant connus.

Procès 2013
Scandales sanitaires

Prothèses Pip : quatre ans ferme en appel pour Jean-Claude Mas

Jean-Claude Mas, fondateur de la société Pip, dont les prothèses mammaires étaient défectueuses, a été condamné en appel à quatre ans de prison ferme.

Dans la même rubrique

Médicaments

Les agences de santé sommées de faire le ménage

Après les révélations de Mediapart sur les liens d'affaires entre membres des agences de santé et labos, le procureur de la République est saisi.

Médicaments

Médicaments : en finir avec le lobbying des labos

Des médecins, élus et associations ont écrit une lettre ouverte à Marisol Touraine, afin qu'elle s'attaque au lobbying de l'industrie pharmaceutique.

Médicaments

Appel pour une opération mains propres sur la santé

Des personnalités ont signé dans Libération un appel dénonçant les conflits d'intérêts entre les politiques et les laboratoires pharmaceutiques.

Nous suivre