Navigation article

Alimentation

La maladie du soda, directement issue de la malbouffe

Marilyn Perioli
©123 RF

Six millions de Français seraient concernés par la maladie du soda, ou cirrhose Nash (Non Alcoholic Steatohepatitis) causée par une consommation excessive de boissons sucrées, de graisses ou de sucres.

On connaît la cirrhose du foie due à la consommation excessive d'alcool, voici maintenant la cirrhose Nash (Non Alcoholic Steatohepatitis). Maladie de la malbouffe, elle est causée par une consommation excessive de boissons sucrées, de graisses ou de sucres. Elle concernerait 6 millions de Français.

Une maladie qui commence seulement à être connue

Le journal le Parisien rapporte que la maladie du soda ou cirrhose Nash inquiète le monde médical par son importante expansion. Concrètement, le foie n'arriverait plus à éliminer l'excès de sucres et de graisses accumulé au fil du temps. Au bout de quelques années, cela provoquerait une cirrhose (non alcoolique) qui peut évoluer en cancer ou créer des complications cardio-vasculaires. La maladie concernerait entre 25 et 30 % de la population. Les médecins commencent à peine à savoir la détecter. « Nous avons plein d'exemples de patients qui ne boivent pas une goutte d'alcool, n'ont jamais eu d'hépatite virale, et se voient diagnostiquer une cirrhose avec pour seul facteur de risque, le fait qu'ils boivent plusieurs sodas par jours », expliquait le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue à l'hôpital Saint-Antoine au journal le Figaro.

D’ici à 2020, la maladie pourrait devenir la première cause de greffes du foie, devant l'hépatite C.

Une nouvelle maladie chronique à inscrire au tableau

Cette maladie non douloureuse qui se développe lentement et en silence ne présente aucun symptôme. Elle peut être détectée seulement après un bilan hépatique puis une biopsie.

Elle est directement liée à notre mode de consommation et à notre alimentation. Les personnes obèse ou diabétiques sont particulièrement à risque. Ainsi, 22 % des diabétiques en seraient atteints et 90 % des personnes obèses seraient concernées.

Pour l'heure, aucun traitement n'existe. Seul un régime hypocalorique, l'éviction des boissons sucrées et des aliments trop riches en gras et la pratique d'un exercice physique peuvent améliorer la condition du malade.

Vos réactions

Sur le même sujet

Alimentation

Nouveau logo sur les aliments dès avril

La vignette Nutri-score, qui comporte un code couleur du rouge au vert en fonction de la qualité des produits alimentaires, entre en vigueur en avril.

Alimentation

Les distributeurs de boissons sucrées interdits dans les lieux publics

Les cantines, les centres de vacances et les établissements scolaires ne pourront plus proposer de boissons sucrées dans des distributeurs.

Alimentation

Manger sain : une question d'équilibre

Encore plus de légumineuses (surtout l'hiver), de fruits et de légumes, mais moins de viande et de sucres : telles sont les nouvelles recommandations.

Dans la même rubrique

Santé

L'obésité, une « maladie de la civilisation »

L'obésité est une « maladie de la civilisation » pour le Dr Waysfeld, psychiatre et nutritionniste, qui commente la dernière enquête de l'Inserm.

Santé

L'obésité sévit surtout chez les plus pauvres

En France, l'excès de poids frappe surtout les plus pauvres, d'après une grande enquête publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

Santé

Combattre l'obésité en taxant les boissons sucrées

L'Organisation mondiale de la santé lance un appel pour que les gouvernements taxent les boissons sucrées afin de lutter contre l'obésité.

Nous suivre