Navigation article

Prévention

Le Qi Gong, bon pour la santé

Brigitte Bègue
Qi-quong
© Stephan ELLERINGMANN/LAIF-REA

 

Le Qi Gong va t-il bientôt faire partie de l'arsenal thérapeutique des professionnels de santé au même titre que l'acupuncture, l'hypnose ou encore l'ostéopathie ? Cette discipline millénaire chinoise, basée sur un ensemble de mouvements précis qui font circuler l'énergie -le Qi-, commence à faire son entrée dans les hôpitaux français, les maisons de retraite médicalisées, les services d'oncologie, etc. 

Mais pas seulement, selon la Fédération des enseignants de Qi Gong (FEQGAE) qui organisait un colloque à Paris le 16 novembre : « Il y a également aujourd'hui des demandes de la part des mutuelles de santé de programmes de prévention, des programmes « passerelles pour permettre le retour au travail des personnes en arrêt prolongé, la prise en charge de groupes de patients pour prolonger l'autonomie, renforcer le terrain dans les maladies dégénératives, accompagner le patient par l'activité physique... ».

Prévention des chutes chez les personnes âgées, etc.

De plus en plus d'études montrent, en effet, que la pratique régulière du Gi Gong a des bénéfices sur la santé, notamment en ce qui concerne la prévention des chutes chez les personnes âgées, la qualité du sommeil, les troubles dépressifs, les douleurs, le mal de dos, la fibromyalgie, les maladies cardiovasculaires et respiratoires, le diabète, le cancer, les addictions, les problèmes gynécologiques, etc.

« Nous soignons plus de 60 symptômes », affirme LI Jie, directrice de l'Institut de recherche de Gi Gong médical à la faculté de médecine de Shanghai (Chine) qui rappelle qu'à l'origine, le Qi Gong était « une danse pour faire circuler les blocages ». Une étude, menée dans son institut depuis 30 ans, indique par exemple que 70% des patients atteints d'hypertension qui font 3 à 5 séances de Qi Gong par semaine de 60 à 70 mn chacune voient leur tension diminuer, leurs fonctions cardiaques et leur état émotionnel s'améliorer. Des résultats déjà visibles au bout d'un an.

Moins d'effets indérirables dans le traitement des cancers

Le Qi Gong serait efficace aussi dans le cancer. « Chez les patients cancéreux qui font du Qi Gong, les marqueurs restent stables, les transamminases aussi. Les cancérologues voient bien qu'il se passe quelque chose », pointe le Dr Bernard Lamy, généraliste, formé au Qi Gong thérapeutique.

Deux publications internationales récentes concernant les cancers du sein et de la prostate notent un effet biologique et moléculaire du Qi Gong : « On constate une baisse de la vitalité et de la croissance des cellules cancéreuses et un renforcement du système immunitaire ainsi qu'une diminution des effets indésirables des traitements, explique le Dr Martine Depondt-Gadet, généraliste et homéopathe qui reconnaît cependant qu'il y a très peu de travaux sur le sujet.

« Nous ne sommes pas là pour nos substituer aux médecins ou aux médicaments, précise Dominique Casays, président de la FEQGAE, mais dans des cas bien précis, on peut apporter un plus ». C'est tout le but du partenariat qui vient d'être signé entre la FEQGAE et l'IMAPS (un organisme qui promeut l'activité physique et le sport auprès des mutuelles) et qui vise à mettre en place une action de prévention par la gymnastique au domicile des personnes âgées.

En Allemagne, le Qi gong commence à être remboursé

A quand les séances de Qi Gong prises en charge par la sécurité sociale comme cela commence à être expérimenté pour le sport ? En Allemagne, le mouvement est lancé : les personnes qui font du Qi Gong peuvent être remboursées à hauteur de 80 euros par an à condition que l'enseignant soit médecin.

« On est au début, souligne le Dr Anna Mietzner, qui a ouvert un centre de Qi Gong thérapeutique à Berlin depuis 2006. Parfois, l'hôpital nous regarde d'un œil suspicieux mais les médecins allopathes doivent bien reconnaître que dans le traitement des douleurs cervicales, par exemple, nous avons de meilleurs résultats avec le Qi Gong ou le yoga qu'avec les anti-inflammatoires ».

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Prévention

Brossage des dents : peut mieux faire

L'Union française pour la santé bucco-dentaire a interrogé 19 000 Français sur leurs habitudes en la matière. Des progrès restent à faire.

Prévention

Le froid met l'organisme à rude épreuve

Les défenses passives de l'organisme contre le froid sont faibles. Comment se protéger du froid et quels sont les risques qu'il nous fait courir ?

Prévention

Cures thermales : ce que vous devez savoir

Les bienfaits des eaux thermales ne sont plus à démontrer. Les cures permettent en effet à de nombreux patients d’améliorer leur qualité de vie.

Dans la même rubrique

Maladies

Journée contre la tuberculose : réduire le nombre de décès dans le monde

La Journée de lutte contre la tuberculose, qui a lieu le 24 mars a pour but de sensibiliser au fardeau que représente cette maladie dans le monde.

Sida

Sida : les idées fausses ont la vie dure

Les Français sont mal informés sur le virus du sida. Leur état de connaissance est jugé « alarmant » d'après un sondage de l'association Sidaction.

Maladies

Maladies rénales, maladies silencieuses

Les maladies rénales sont peu connues, pourtant elles touchent 3 millions de Français. Une prise en charge précoce est indispensable.

Nous suivre