Navigation article

ANI : le débat

Les aides fiscales et sociales aux contrats santé en entreprise pourraient être revues

Anne-Marie Thomazeau

Le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance-maladie (Hcaam), qui finalise son rapport, proposerait de revoir les aides fiscales accordées aux contrats collectifs en entreprise, dévoile le journal les Echos. Lors du congrès de la Fédération nationale de la mutualité Française (Fnmf), qui s'est enu à Nice en octobre 2012, François Hollande avait souhaité une refonte de ces aides représentant « un gâchis financier ».

De plus, ces contrats collectifs aidés par des déductions fiscales et sociales - on les estime à 3,5 milliards d'euros -, pris en charge à hauteur au moins de 50 % par les employeurs, entraînent des inégalités inadmissibles entre les salariés et les autres (retraités, étudiants, fonctionnaires, chômeurs de longue durée). Si les plus modestes des Français sont aidés dans l'accès à une complémentaire par le biais de la Cmu-c ou de l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (Acs), un grand nombre d'entre eux, au-dessus des seuils, y échappent.

Selon les Echos, qui citent des passages du rapport, le Haut Conseil ferait plusieurs propositions de réforme. Il estime en particulier qu'on pourrait soumettre la participation des employeurs à la complémentaire santé au forfait social de 20 %. Cela rapporterait environ 700 millions d'euros. « Cette piste augmenterait les prélèvements sociaux des entreprises et serait susceptible d'affecter leur compétitivité », observe néanmoins le Haut Conseil. Qui suggère aussi de remettre en question « l'inclusion de la participation de l'employeur dans le montant déductible de l'impôt du salarié ».

Limiter cette niche fiscale aux seules cotisations effectivement payées par les salariés « générerait une recette supplémentaire d'impôt sur le revenu de l'ordre de 1 milliard d'euros ». En la supprimant totalement, l'Etat économiserait 1,9 milliard.

Ces réformes dégageraient « des marges financières » qui pourraient être utilisées pour favoriser le développement des contrats individuels, souligne le Haut Conseil. Elles permettraient « un élargissement de la couverture complémentaire des personnes défavorisées ».

 

Vos réactions

Sur le même sujet

ANI : le débat

Une mutuelle, un droit pour tous les Français

Viva et la Fédération des Mutuelles de France ont posé la question suivante aux Français : « Qu’attendez-vous aujourd’hui d’une mutuelle ? »

Le Conseil constitutionnel
ANI : le débat

Complémentaire santé :
le Conseil constitutionnel invalide les clauses de désignation

Le mouvement mutualiste peut respirer. Le Conseil constitutionnel juge les clauses de désignation contraires à la Déclaration des droits de l'homme.

Thierry beaudet
ANI : le débat

Thierry Beaudet, président de la Mgen, et la mutuelle pour tous

ANI : dans son numéro de juin, Viva lance le débat. Son invité aujourd'hui : Thierry Beaudet.

Dans la même rubrique

Mutualité

Le décret sur le contenu des contrats de complémentaire santé en entreprise est publié

Le décret décrivant le panier de soins obligatoire dans le cadre des contrats de complémentaire santé en entreprise est publié.

Mutualité

85 % des patrons hostiles aux clauses de recommandation

Ils souhaitent pouvoir continuer à choisir librement et sans être surtaxés l'organisme de complémentaire santé qui va couvrir leurs salariés.

Mutuelle de France
Mutualité

Les Mutuelles de France appellent à manifester contre le Plfss

La Fmf appelle à manifester le 26 novembre à partir de 14 heures devant l'Assemblée nationale contre le Plfss et pour une protection sociale solidaire

Nous suivre