Navigation article

Enfants

« Même dans les pays à haut revenu, les progrès ne bénéficient pas à tous les enfants »

Marilyn Perioli
©123 RF

Dans son dernier rapport sur le bien-être des enfants dans les pays industrialisés, l'Unicef note que 1 enfant sur 5 vit dans une pauvreté de revenus relative et en moyenne 1 enfant sur 8 est confronté à l'insécurité alimentaire. La France occupe une place bien moyenne.

Le bilan sur le bien-être des enfants dans les pays industrialisés, publié par Innocenti, le centre de recherche de l'Unicef, note de nombreuses inégalités parmi 41 pays de l’Union européenne et de l’Ocde.

Tableau d'honneur pour les pays du nord de l'Europe

41 pays de l’Union européenne et de l’Ocde ont été étudiés sur la base de différents critères d'analyse comme la réduction de la pauvreté et de la faim, la bonne santé et le bien-être, mais aussi l’éducation ou la réduction des inégalités.

Les résultats globaux montrent qu'1 enfant sur 5 dans les pays riches vit dans une pauvreté de revenus relative et en moyenne 1 enfant sur 8 est confronté à l'insécurité alimentaire. Cela prouve que « même dans les pays à haut revenu les progrès ne bénéficient pas à tous les enfants, » souligne Sara Cook, la directrice du centre Unicef Innocenti.

Les pays scandinaves et du nord de l'Europe - Norvège, Allemagne, Danemark - tirent leur épingle du jeu. Quant à la France, elle occupe seulement la 19e place sur 41.

Le rapport met en avant des pays comme la Slovénie qui est bien mieux classée sur plusieurs indicateurs que beaucoup de pays plus riches comme les Etats-Unis ou le Canada.

Résultats décevants pour la France

Bonne élève

La France obtient son meilleur classement à la 7e position sur l'objectif d’éradiquer la faim. Elle compte 6 % d’enfants de moins de 15 ans vivant avec un adulte en situation d’insécurité alimentaire et un taux d’obésité infantile plus bas que la moyenne (11,7 %, contre 15,2 %).

« La pauvreté monétaire est, quant à elle, largement compensée par les transferts sociaux qui la réduisent de moitié », indique le rapport.

Concernant l’éducation, la France se classe au 14e rang ; 69,7 % des enfants de 15 ans maîtrisent les compétences de base en lecture, mathématiques et science.

Mauvaise élève

La France est en 34e position pour l’objectif de réduction des inégalités. « Ce résultat s’explique par les mauvaises performances de la France soulignées par l’enquête Pisa sur l’impact du milieu social sur les résultats scolaires », soulignent les rapporteurs.

La France est mauvaise élève en ce qui concerne les violences physiques avant 15 ans. Elle obtient le 4e taux le plus élevé. Chez les adolescents, le harcèlement chronique atteint 11,6 %, et 27,9 % disent avoir des problèmes de santé mentale plus d’une fois par semaine, soit un peu plus que la moyenne (23,1 %). Elle obtient également un très mauvais classement concernant les violences sexuelles commises par des adultes sur des filles âgées de moins de 15 ans.

 

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Enfants

Pédopsychiatrie : une discipline en souffrance

Les pédopsychiatres interpellent Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, sur la situation « alarmante » de leur discipline.

Enfants

Faut-il interrompre les antidépresseurs pendant la grossesse ?

La prise d'antidépresseurs au cours de la grossesse n'augmenterait pas le risque d'autisme chez l'enfant à naître, d'après une enquête.

Enfants

« Nous voulons redonner le sourire aux enfants malades »

Catherine Faner, présidente de l'association 1, 2, 3 Soleil, s'engage aux côtés des enfants malades.

Dans la même rubrique

Environnement

Pas de jouets toxiques dans la hotte du Père Noël !

Quels conseils pour offrir des jouets écologiques à Noël ? Interview de Jennifer Maherou, de l'association Santé environnement.

Environnement

Pollution de l'air : responsable d'affections graves chez les enfants

« La pollution de l’air contribue au décès de 600 000 enfants de moins de cinq ans chaque année, dans le monde », d'après une enquête de l'Unicef.

Scandales sanitaires

Dépakine : un fonds d'indemnisation pour les victimes

La présidente de l'Association des victimes de la Dépakine se réjouit de la création d'un fonds d'indemnisation, annoncée pour la fin de l'année.

Nous suivre