Mutuelles

Mutuelle Familiale

Navigation mutuelle

Mutuelle Familiale

Un livre pour les 80 ans de la Mutuelle Familiale

Entretien avec Marc Zamichiei, auteur du livre Militants de la solidarité - Une histoire de La Mutuelle Familiale, publié à l'occasion des 80 ans de la mutuelle

Anne-Marie Thomazeau
@Lahcène Abib

La Mutuelle Familiale a 80 ans cette année. A cette occasion, elle publie un livre sur son histoire dont vous êtes l’auteur. Vous avez dû faire un immense travail de recherche ?

En effet. Un livre de Paulin Desroche, Travailleurs mutualistes - La Mutuelle familiale des travailleurs de la région parisienne 1936-1980, sur l’histoire de la mutuelle, était déjà paru en 1983, mais aucun autre ouvrage de ce type n’avait été écrit depuis. J’ai consulté des archives, des journaux d’époque, des ouvrages sur la période et j’ai épluché les procès-verbaux des instances de la mutuelle, ce qui m’a permis de revisiter sa mémoire, soutenu par la relecture bienveillante de l’historienne Patricia Toucas-Truyen. Ce livre, c'est d’abord le récit d’une magnifique aventure humaine, de femmes et d’hommes qui répondent à des besoins sanitaires et sociaux en gérant eux-mêmes, démocratiquement, leur mutuelle.

C’est aussi l’occasion d’inscrire le développement de celle-ci dans le contexte des évolutions de la protection sociale et du mouvement mutualiste. Dans une courte introduction, je relate la création des sociétés de secours mutuels et de ce mouvement au xixe siècle, le divorce entre mutualisme et syndicalisme et les grands débats du début du xxe siècle entre deux conceptions de la prévoyance, l’une libre et volontaire, l’autre obligatoire.

Dans quelles circonstances La Mutuelle Familiale a-t-elle été créée ?

Elle est née en 1937 à l’initiative du syndicat Cgt des métallurgistes de la Seine, dans le sillage du Front populaire. Elle s'appelait alors Mutuelle du métallurgiste. Ce fut l’une des rares expériences mutualistes au sein du syndicalisme révolutionnaire, pour qui la démarche mutualiste était d’essence réformiste. Mais, chez ces métallos, une conception du syndicalisme intégrant l’entraide et la solidarité allait se concrétiser via de nombreuses réalisations telles que la polyclinique des Bluets- célèbre dans les années 1950 avec la pratique de l’accouchement sans douleur- et la Maison du métallurgiste qui abritait la caisse d’assurance sociale gérée par le syndicat, la mutuelle et même une librairie-bibliothèque. On le sait peu, mais Ambroise Croizat, dirigeant de la fédération Cgt de la métallurgie, ministre du Travail après la guerre et qui mettra en place la Sécurité sociale, était très favorable à une solidarité en dehors du lieu de travail et pensait que la mutualité avait en ce sens un rôle pionnier à jouer.

Avec la guerre, la mutuelle cesse ses activités…

La mutuelle est dissoute du fait de l’appartenance de la plupart de ses dirigeants à la Cgt et au Parti communiste, comme le député Alfred Costes, les syndicalistes Henri Gautier, René Codomié ou encore Jean-Pierre Timbaud. Tous seront victimes de la répression du régime de Vichy, emprisonnés, fusillés ou déportés. Nombreux sont ceux qui ne reviendront pas des camps. Pendant ce temps, les dirigeants de la Fédération nationale de la mutualité française pactisaient avec Pétain et approuvaient sa charte du travail.

Et reprend son développement à la fin des hostilités.

La mutuelle défend le principe de la solidarité nationale et donc la Sécurité sociale. Elle se développe à ses côtés, sans jamais vouloir la concurrencer. De 10 000 adhérents à la Libération, elle passe à 70 000 en 1955 et 135 000 en 1967.

Ecartée de la Mutualité française par les dirigeants de la Fédération mutualiste de la Seine, La Mutuelle Familiale est à l’origine, en 1947, de la création de la première Union des mutuelles ouvrières. Mais le mouvement mutualiste évolue et la Fédération nationale de la mutualité française adopte le principe d’indépendance en 1967, en même temps qu’elle s’engage, avec les mutuelles ouvrières, dans l’action contre les ordonnances de cette même année qui visent à démanteler la Sécurité sociale.

Dans le courant des années 1970, La Mutuelle Familiale va être le moteur du développement de la Fédération nationale des mutuelles de travailleurs en créant, à partir de ses propres collectivités d’entreprises, 17 mutuelles départementales.

Une des singularités de la mutuelle est d’avoir eu, dès 1971 et sans interruption depuis, une présidence féminine - Adrienne Pivardière, Monique Verrecchia et Léonora Tréhel - et mené un combat de tous les instants pour l’émancipation des femmes.

La mutuelle connaît aussi des périodes difficiles ?

Oui, tout au long des années 1980 et jusqu’au milieu des années 1990. Alors que la Sécurité sociale est attaquée (plans Seguin, Veil, Juppé), la mutuelle voit sa base industrielle s’effriter, la concurrence des assurances s’intensifier et a du mal à s’adapter aux évolutions sociologiques.

De plus, très engagée dans la vie fédérale, elle en subit certaines vicissitudes qui impactent sa capacité financière et ses effectifs. Alors qu’elle atteint 200 000 adhérents en 1980, elle n’en compte qu’un peu plus de la moitié dix ans plus tard. Cependant elle manifeste de fortes capacités de résilience et reprend sa marche en avant dans la seconde moitié des années 1990.

Ce redéveloppement se fait dans un nouvel environnement...

Effectivement, autour des années 2000, la création de la Cmu, la mise en œuvre des directives d’assurance européennes, l’unification de la mutualité créent incontestablement une nouvelle donne. Acteur du mouvement social, la mutuelle se doit d’être en même temps une entreprise efficace. Elle se développe en intégrant d’autres mutuelles qui fusionnent avec elle mais elle entend préserver son autonomie, en multipliant des partenariats plutôt qu’en se fondant dans un groupe intégré financièrement. La Mutuelle Familiale, fidèle à ses valeurs, agit pour l’accès de tous à des soins de qualité, mais également pour une politique de santé permettant de réduire les inégalités sociales. Elle innove dans ce domaine, avec la création en 2007 du Mémo pro santé, outil de traçabilité des risques au travail, et tout récemment de sa Fondation Santé Environnement, sous l’égide de la Fondation de l’Avenir.

L’avenir, vous le voyez comment justement ?

La Mutuelle Familiale doit faire face à de nombreux défis. Certains sont communs à toutes les mutuelles qui sont plus interrogées que jamais sur leur place et leur rôle dans le système de protection sociale et dans la société. D’autres lui sont propres et touchent à la qualité de son offre, de ses services et à sa capacité à construire une économie pérenne de la solidarité. Si des progrès ont été accomplis, des insuffisances persistent qu’elle a la volonté de corriger car c’est la condition de la réussite de sa stratégie de développement autonome et partenariale.

Propos recueillis par Anne-Marie Thomazeau

Editions de l'Atelier, ISBN 978-2-7082-4532-7,208 p., 20 €, disponible depuis le 23 mai. Vous pouvez le commander dans votre librairie habituelle, ou par internet : decitre.fr ou fnac.com

Photo © Lahcène Abib

Vos réactions

Dossier

Juin 2017

Bougez ! C'est bon pour la santé

Nous sommes devenus trop sédentaires, pourtant la pratique régulière d’une activité physique réduit les risques d’apparition de certaines maladies (...)

Sur le même thème

Mutuelle Familiale

La Mutuelle Familiale crée sa Fondation

Celle ci veut sensibiliser sur les questions de santé et d'environnement

Mutuelle Familiale

Les droits des usagers en débat

« Mieux connaître et faire valoir ses droits » en santé, tel était l’intitulé du débat organisé par La Mutuelle Familiale à la fête de l'Humanité.

Mutuelle Familiale

La Mutuelle Familiale à la fête de l'Huma

La Mutuelle Familiale vous donne rendez-vous sur son stand à la Fête de l'Huma le 9,10 et 11 septembre prochain.

Nous suivre