Navigation article

Santé

« Personne ne peut soupçonner que je suis bipolaire »

Marilyn Perioli
©Odile Jacob

Agathe Lenoël a été diagnostiquée bipolaire à 19 ans. Ce trouble, lui a fait traverser des mondes insoupçonnés, des chemins de traverse. Aujourd'hui, à 39 ans, elle est heureuse et témoigne dans son livre pour changer notre regard sur la maladie.

Le trouble bipolaire (on l'appelait avant : psychose maniaco-dépressive), est une variation anormale de l’humeur, une alternance de périodes d’excitation (manie ou hypomanie) et de dépression, voire de mélancolie profonde, entrecoupées de périodes de stabilité. Agathe Lenoël a été diagnostiquée à 19 ans. Aujourd'hui, à 39 ans elle va bien et raconte dans son livre « Qui suis-je quand je ne suis pas moi ?  », ces moments où « elle n'est plus elle ».

Vous avez été diagnostiquée à 19 ans et vous dites que vous avez eu de la chance, pourquoi ?

Agathe Lenoël : oui, j'ai été diagnotiquée dès mes premières crises, je me suis adressée au bon endroit et j'ai ainsi pu gagner dix ans. J'ai très tôt appris à me considérer comme malade au même titre qu'une diabétique. La bipolarité est très à la mode en ce moment, mais le regard que l'on a est parfois méfiant. Entre 1 et 4 % de la population en est atteinte soit entre 660 000 et 2,6 millions de personnes. En France, elle est bien diagnostiquée, les traitements sont efficaces couplés à une thérapie et une vie équilibrée, on peut vivre avec et être heureux !

La bipolarité, selon vous, est une autre manière de voir la réalité ?

Agathe Lenoël : elle m'a enseigné une autre vision de la réalité. Elle a décuplé mes sens et mon rapport au monde, aux autres. Le titre de mon livre « Qui je suis quand je ne suis pas moi ? » le démontre, j'ai voulu savoir au fond, ce que faisait la maladie. J'ai appris qu'elle me fait toucher mes limites et toutes les crises même les plus fortes, m'ont apportée un « plus » dans les émotions, les sensations, la réflexion...

Pourquoi avez-vous voulu témoigner dans ce livre ?

Agathe Lenoël : je parle de mon parcours mais je ne suis pas vraiment au centre du livre. C'est une manière de parler de la bipolarité car souvent les gens ont une vision confuse : effrayante ou fascinante ! En plus, chaque personne atteinte est différente. Je ne parle pas au nom de tous les diagnostiqués bipolaires !

En revanche, je veux démontrer que ce n'est pas une maladie comme les autres. Là, le patient peut faire quelque chose. Il peut agir en s'acceptant. Le rôle de l'entourage est très important. J'ai de la chance d'avoir une grande famille qui m'a soutenue, portée et un compagnon présent et aimant. Quant à moi, je ne me sens pas « malade », peut-être un peu plus fragile, avec un rapport au monde, différend, personnel. Maintenant j'accepte que, tout ce que j'ai vécu, est de l'ordre du passé.

A lire : « Qui suis-je quand je ne suis pas moi ? », une bipolaire témoigne d'Agathe Lenöel, éd. Odile Jacob, 21,90 euros.

 

 

 

Vos réactions

Sur le même sujet

Santé

Quelles sont les compétences des sages-femmes ?

Puis-je faire réaliser un frottis par une sage-femme ? Peut-elle vacciner, pratiquer une Ivg médicamenteuse ? Tour d'horizon de leurs compétences.

Santé

« Le régime amaigrissant idéal n'existe pas ! »

Perdre 10 kgs en une semaine avant les vacances ? Ces promesses ne sont pas du tout la tasse de thé de Sylvain Duval auteur du « Guide des régimes ».

Santé

Don d'organes : une journée pour réfléchir

La loi sur le don d'organes prévoit que nous sommes tous des donneurs présumés. Si vous êtes contre, il faut vous inscrire sur le registre des refus.

Dans la même rubrique

Maladies

Qu'est-ce que la Dmla ?

Gêne à la lecture ou à l'écriture, baisse progressive de l'acuité visuelle, la dégénérescence maculaire liée à l'âge (Dmla) est souvent méconnue.

Femmes

Médecine : la femme n'est pas un homme comme les autres

La médecine néglige les différences biologiques entre les femmes et les hommes et tend à les soigner de la même façon, d'après l'Académie de médecine.

Travail

Le travail de nuit n'est pas sans risque pour la santé

Cancers, hypertension, troubles mentaux..., depuis 2007 déjà les études le prouvent : le travail de nuit est mauvais pour la santé des travailleurs.

Nous suivre