Navigation article

Santé

Rire est bon pour la santé, c'est prouvé !

Marilyn Perioli
©123RF

On sait que le rire est bon pour le moral, mais est-ce prouvé scientifiquement ? Interview du Dr Evelyne Chartier, médecin acunpuncteur à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Le Dr Evelyne Chartier est médecin acupuncteur à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Le rire est bon pour la santé, mais existe-t-il des études qui le prouvent ?

On s'est aperçu empiriquement que rire plusieurs fois par jour procurait un bien-être, remontait le moral, augmentait la productivité au travail... Mais, toutes ces données n'étaient pas prouvées scientifiquement. Des études récentes ont démontré la façon dont le rire franc agissait sur l'organisme.

Par exemple, une étude de 2016, sur les dialysés (qui sont stressés au moment de leur dialyse) a montré que le rire forcé (on a fait venir une personne spécialiste du rire auprès des malades) a un effet sur les niveaux de cortisol (qui gère les défenses de l'organisme), il les régule. Ce qui provoque un effet très positif sur la gestion du stress qui devient plus facile. On observe très nettement, grâce à l'imagerie médicale, qu'au niveau neuronal lorsqu'on rit franchement, les circuits de récompenses sont activés. On se sent mieux.

Des chercheurs britanniques ont découvert que le rire spontané peut relever les seuils de la douleur et assouplir les parois artérielles. Il peut également réduire le risque de crise cardiaque. Une journée entière de rire franc permettrait de brûler 2 000 calories et de réduire la glycémie des diabétiques. Des effets ont également été observés sur la fertilité : 36 % des femmes diverties par un clown après une fécondation in vitro (Fiv) ou un transfert d'embryon sont tombées enceintes. Le rire minimise les effets négatifs du stress en réduisant la dégradation de l'oxyde nitrique qui entraîne ainsi une vasodilatation.

De nombreuses initiatives se sont lancées : ateliers du rire, yoga du rire…, qu'en pensez-vous ?

Aujourd'hui, on cherche à savoir si le rire spontané, naturel est aussi bénéfique que le rire provoqué, que l'on provoque dans ces ateliers, par exemple. Et bien oui. Les études scientifiques tendent à prouver que le rire forcé et le rire naturel sont à égalité sur les bienfaits qu'ils procurent sur l'organisme, tant physiquement que psychiquement. Mais attention, un vrai éclat de rire pas un gloussement ou un sourire.
De nos jours, de plus en plus de gens sont en stress chronique, ce qui entraîne une baisse de nos défenses immunitaires. Il faut donc activer notre système de récompense, il est prouvé que le rire peut le faire.

Je l'ai testé moi-même en groupe, lorsque j'étais en congrès de santé sur un sujet très « plombant ». Un intervenant de l'école internationale du rire est venu nous faire un atelier très court, une quinzaine de minutes, sur le rire. Nous étions deux par deux ou seul et pratiquions le rire sous forme de jeux divers. L'effet sur le groupe a été unanime : une hausse de moral malgré le sujet très dur que nous traitions, une surcroît d'énergie, une motivation, le groupe devenait plus pro-actif et l'effet a été remarqué sur l'ensemble des personnes.

Existe-t-il des effets négatifs du rire ?

Oui, dans les études, des effets néfastes sur la santé ont également été observés. Le rire extrême peut être néfaste pour des malades du cœur. On peut lire dans la littérature scientifique qu'une femme souffrant de tachycardie s'est effondrée et est décédée après une crise de fou rire. Le rire peut également déclencher des crises d'asthme, une incontinence et des hernies.

Mais ce n'est pas dans la majorité des cas, bien au contraire.

Vos réactions

Sur le même sujet

Santé

Hépatites virales : faites-vous dépister

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre les hépatites, les associations lancent un appel d'incitation au dépistage.

Santé

Cancer : augmentation du taux de survie

En France on meurt moins du cancer mais de fortes inégalités territoriales persistent et la prévention n'est pas toujours au rendez-vous selon l'INCa.

Santé

Sauveur Boukris veut libérer le médecin qui sommeille en chacun de nous

Le médecin parisien dénonce les pratiques de certains de ses confrères et une médecine déshumanisée.

Dans la même rubrique

Femmes

Baisse du nombre d'Ivg en France

Le nombre d'Ivg a légèrement diminué en 2016, confirmant la tendance à la baisse observée depuis quelques années.

Prévention

Chaleur : une plate-forme téléphonique à votre service

Il fait chaud partout en France. Une plate-forme téléphonique : le 0800 06 66 66 est activée par le ministère de la Santé.

Jeunes

Développer les structures d'écoute pour les jeunes

Addictions, sexualité, sommeil, lieux d'accueil... La Quinzaine de la santé des jeunes, du 12 au 23 juin, propose de faire le point.

Nous suivre