Octobre rose

Navigation rubrique

Octobre rose

Octobre rose pour se mobiliser contre le cancer du sein

1 femme sur 8 sera concernée par le cancer du sein au cours de sa vie, d'après l'Institut national du cancer (Inca). Pour la 23e année d'affilée, Octobre rose informe les femmes sur l'importance du dépistage.

Marilyn Perioli
©Baptiste FENOUIL/REA

Le dépistage est le moyen le plus simple de lutter contre le cancer du sein. Octobre rose est une manifestation qui vise à informer les femmes sur le fait que de nombreux progrès ont été réalisés ces dernières années, de la détection de la maladie à la prise en charge pendant et après le cancer.

Le programme de dépistage du cancer du sein

Ce programme a été mis en place en 2004 et pris en charge par l’assurance-maladie à 100 %, sans avance de frais. Il concerne les femmes de 50 à 74 ans et a lieu tous les deux ans. La mammographie, l’examen de référence, permet de détecter des cancers de petite taille bien avant qu'ils ne soient palpables ou que des symptômes ne se manifestent. Il consiste en un examen clinique des seins et une mammgraphie. Il propose, en plus, une vérification (deuxième lecture) de chaque mammographie normale en première lecture.

D’autres modalités de suivi et de surveillance sont proposées aux femmes présentant des facteurs de risque particuliers (cas de cancers dans la famille...).

La moitié des Françaises participent à ce programme

Alors que l’objectif du plan cancer prévoit un taux entre 65 et 70 % en 2014, le taux de participation était de 52,1 %, soit plus de 2 520 000 femmes dépistées au cours de cette année. Il est stable depuis 2006, d'après les chiffres de Santé publique France.

La participation au dépistage organisé est variable selon les régions et selon les départements.

Certaines régions présentent pour la période 2013-2014 des taux de participation supérieurs ou proches de 60 % (Pays de la Loire, Limousin, Bretagne, Centre)  tandis que d'autres ont des taux proches ou inférieurs à 40 % (Corse, Ile-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Pour la même période, seuls les départements du Maine-et-Loire et de Loire-Atlantique ont atteint l’objectif du plan cancer avec un taux de participation compris entre 65 et 70 %. Une trentaine de départements se situent dans la fourchette 58-65 % de participation sur ces deux ans. Paris se caractérise par le taux de participation au dépistage organisé le plus faible (26,8 %).

Sensibiliser les femmes qui ne font jamais de mammographie

L'objectif premier d'Octobre rose est de sensibiliser les femmes qui ne font jamais de mamographie et de les informer au fait que le dépisatage est gratuit, indolore. « Le plan cancer 2014-2019 insiste sur l’amélioration de l’information des populations concernées par les dépistages et sur la surveillance de la pertinence des pratiques en matière de dépistage individuel. » insiste Santé publique France.

Octobre rose, campagne 2016 « En octobre 2016, Ma vie en rose… Il faut que ça continue ». Des événement partout en France. Les mutuelles participent activement à cette manifestation.

 

Vos réactions

Dossier

Novembre 2016

Bien vieillir chez soi

Vieillir à la maison, dans son environnement familier, c’est le souhait de la majorité des seniors. Pour que ce soit possible des aides existent (...)

Sur le même thème

Octobre rose

Cancer du sein : l'âge est le principal facteur de risque

A l'occasion d'Octobre rose et du dépistage du cancer du sein, retour sur les principaux facteurs de risque de ce cancer qui touche une femme sur huit

Octobre rose

Cancer : retrouver l'équilibre dans son assiette !

Manger équilibré réduit aussi les risques de récidive après un cancer. Pour ce dernier volet à l'Institut Curie, retour dans un atelier de diététique.

Octobre rose

Gym active après un cancer du sein

A l'Institut Curie, l'association Siel bleu propose des cours de gym active pour aider les femmes qui ont eu un cancer du sein à se sentir mieux.

Nous suivre