Sommeil

Navigation rubrique

Sommeil

Les Français ne dorment pas assez

Le déficit de sommeil des Français cumulé sur un an atteint les 15,6 milliards d’heures. 78 % de ce déficit est imputable à la semaine (lundi au vendredi) et 22 % au week-end (samedi et dimanche)

Anne-Marie Thomazeau

En moyenne, chaque Français perd 6,1 heures de sommeil par semaine (soit 57 minutes sur une journée type en semaine et 40 minutes sur une journée type pendant le week-end) et cumule ainsi un déficit de près de 2 semaines de sommeil par an (316 heures).

Les Françaises cumulent un plus gros déficit de sommeil que les Français

Hommes et femmes dorment en moyenne 7 heures en semaine et près de 8 heures le week-end, mais le déficit de sommeil des femmes est presque 20 % plus important que celui des hommes.

Assaël Adary, responsable du cabinet d'études Occurrence, qui a réalisé l'étude, observe sur ce point : « Le sommeil est probablement un des plus graves marqueurs de l’inégalité homme-femme en France. Ce décalage de 20 % en défaveur des femmes rappelle douloureusement le décalage des salaires homme-femme. »

Le travail : un catalyseur du déficit de sommeil ?

Les personnes en activité cumulent 50 heures supplémentaires de déficit de sommeil sur un an par rapport aux inactifs. Parmi les actifs, la différence en fonction des professions est quasiment inexistante. On observe cependant de faibles variations entre les actifs du privé et du public.

Le déficit de sommeil par habitant décroît avec l’âge

Les personnes les plus âgées ne dorment pas forcément plus, les différences restent très faibles. Par contre le besoin de sommeil est moindre, ce qui explique la réduction du déficit.

Paris, la ville qui ne dort pas

Les habitants de l’agglomération parisienne auraient un déficit onirique plus important que l’ensemble des Français. A l’inverse, les habitants des autres grandes villes s’avèrent moins déficitaires en matière de sommeil. Le déficit de sommeil annuel d’un Francilien dépasse de 2,4 jours (58 herues) la moyenne nationale et de près de 5 jours (110 herues) le déficit annuel d’un habitant de la zone nord-est du pays. 

Quelles sont les conséquences de la fatigue accumulée sur le quotidien des Français ?

Les trois quarts des Français ressentent de la fatigue durant la journée.  Cette fatigue durant la journée est majoritairement perçue comme une gêne. Plus de la moitié des Français (53 %) trouvent la fatigue en journée gênante. Et  1 Français sur 6 se dit fatigué tous les jours de la semaine.

Un déficit d’heures de sommeil qui a des conséquences sur le travail des Français

Le déficit de sommeil a un impact certain sur la concentration et la productivité des Français. La moitié d'entre eux se disent peu ou pas efficaces au travail pendant une partie de la journée. Sur la base d’une journée de 8 heures, les Français seraient en moyenne efficaces  entre 5 et 6 heures. Cependant  1 Français sur 4 estime être efficace tout le long de la journée. La majorité des actifs interrogés tablent sur un taux d’efficacité entre 60 et 80 % de la journée, soit entre 4,8 h et 6,4 heures, sur la base d’une journée de 8 heures. « Face à ce chiffre, on ne peut s’empêcher de faire le calcul, si les Français déclarent n’être efficace que 70 % de leur temps de travail… Quel serait l’impact sur la croissance du Pib d’une amélioration du sommeil des Français ? » s’interroge Assaël Adary.

 

Vos réactions

Dossier

Novembre 2016

Bien vieillir chez soi

Vieillir à la maison, dans son environnement familier, c’est le souhait de la majorité des seniors. Pour que ce soit possible des aides existent (...)

Sur le même thème

Prévention

Les Français et l'orthodontie 

Les Français comprennent globalement l'utilité des soins d'orthodontie, mais certaines idées fausses restent répandues.

Sommeil

Les ados accros aux écrans, même la nuit !

15 % des jeunes envoient des Sms en plein milieu de la nuit et 11 % se connectent aux réseaux sociaux, d'après une enquête du réseau Morphée.

Sommeil

Pourquoi certains dorment beaucoup et d'autres peu...

Une mutation génétique expliquerait pourquoi il y a des gros et des petits dormeurs.

Nous suivre