Navigation article

Famille

L’Unaf,« soulagée » que le gouvernement ait choisi de réduire le quotient familial

Clémentine Ronseaux

 

Réaction de François Fondard, président de l'Union nationale des associations familiales (Unaf), aux annonces du Premier ministre sur la réforme de la politique familiale.

Que pensez-vous de la réduction du quotient familial annoncée par le gouvernement ?

Nous sommes soulagés, car nous avons échappé à la modulation des allocations familiales, ce qui aurait été une remise en cause du principe fondateur de l'universalité de ces prestations.

La modulation n'aurait touché que les familles avec deux enfants et plus, celles avec un enfant auraient échappé à cette contribution puisqu'il n'y a pas d'allocation familiale pour le premier enfant. Avec la réduction du plafond du quotient familial de 2000 à 1500 euros, toutes les familles avec enfants à charge sont mises à contribution pour résorber le déficit de la branche famille, soit 1,1 million de foyers.

Quels sont les ménages qui vont porter le poids financier de cette réforme ?

Les 20 % des familles françaises les plus aisées vont être touchées par le plafonnement du quotient familial, qui va permettre d'économiser un milliard d'euros. En revanche, la suppression des réductions d'impôt pour frais de scolarité (pour les familles imposables dont les enfants sont scolarisés au collège et au lycée) aura, elle, un impact financier sur les classes moyennes.

L'effort est important, mais il est nécessaire de ramener la branche famille à l'équilibre. Néanmoins, il faut rappeler que le déséquilibre est en partie lié aux charges indues que la branche doit porter, comme les majorations de pension1.

Ces mesures doivent permettre une économie de 2 milliards d'euros, quelles peuvent être les conséquences pour la politique familiale ?

Depuis une dizaine d'années, l'indice de fécondité français est de 2 enfants par femme, ce qui est élevé par rapport aux autres pays d'Europe. Il est important de vérifier que cette réforme n'aura pas de conséquences démographiques, en termes de fécondité. Mais, pour l'instant, il est difficile d'évaluer l'impact sur les familles.

 

1)  La pension de retraite de base servie aux assurés du régime général, du régime agricole et des régimes de retraite des artisans et commerçants est majorée de 10 % lorsque l’assuré a eu au moins 3 enfants ou a élevé au moins 3 enfants pendant un minimum de 9 ans avant leur 16e anniversaire. 
Le financement de cette majoration a été assuré par la Caisse nationale des allocations familiales à hauteur de 85 % en 2010 (solde : Fsv) et il l'est à 100 % depuis 2011. Elle représentait un montant de 4,2 milliards d'euros en 2009.

Vos réactions

Sur le même sujet

Famille

Sur la route des vacances, on roule cool

La vitesse est souvent la cause de nombreux accidents surtout sur la route des vacances.

Famille

Sept pères sur dix prennent le congé paternité

Ce congé accordé aux pères, né en 2002, est aujourd'hui largement utilisé.

Famille

Une enquête nationale auprès des jeunes mamans 

Elle aura lieu, à l'initiative du ministère de la Santé, auprès des femmes qui accouchent du 14 au 20 mars prochain.

Dans la même rubrique

Social

Vacances : et si vous pensiez au tourisme social ?

Vous souhaitez partir à la découverte d’une région et de ses habitants ? Le tourisme social est fait pour vous !

Environnement

Les jardins familiaux, une idée qui fleurit

Les jardins familiaux ou associatifs fleurissent partout, surtout dans les grandes villes, à leur périphérie ou au pied des immeubles.

Social

Portrait de famille(s)

Dans sa dernière enquête, l'Ined dresse le portrait des familles dans leur diversité et retrace les parcours de vie de quelques 10 000 personnes.

Nous suivre